[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > L > LALONDE, LUKE

Rythymnals

LALONDE, LUKE

Paper Bag

lundi 1er avril 2013, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) L’émergence de chanteurs mâles à la voix haut perchée et claire comme Jonsí (Sigur Rós) et Patrick Watson aide les moins connus qui n’avaient pas vraiment eu leur chance auparavant. Ainsi Luke LaLonde peut s’exprimer comme le cœur lui en dit et proposer ses Rythymnals en assumant sa belle voix dont il nous fait étalage dès le premier titre, Grand (Rythymnals).

LaLonde est le leader de l’excellent groupe Born Ruffians. Prolifique et (on se doute) un peu hyperactif, il n’attend pas la sortie du troisième opus de la formation (prévu le 16 avril 2013) pour publier ces enregistrements faits chez lui, à Montréal et Toronto entre 2010 et 2012. Son matériel solo est beaucoup plus électronique que celui des Ruffians. On y sent moins l’effet de groupe et leur entrain contagieux — bien évidemment —, mais les morceaux de LaLonde sont quand même dynamiques (Shove Off, à la McCartney des premiers albums).

Il serait assez réducteur se limiter à cloisonner le jeune musicien uniquement en tant que chanteur. LaLonde est également très fort en arrangements soignés (Inamorataos) à la Andrew Bird ainsi qu’en expérimentations sonores : il se sert de boucles, d’effets, de couches d’instruments comme le font aussi Danielson et les ... de ce monde indie rock DIY. Il a aussi un bon sens de la pop accrocheuse (Undone) sans ne jamais tomber dans la guimauve. Rien d’archi exceptionnel, mais un disque sympathique, original, qui témoigne du talent et du travail acharné de l’orfèvre qu’est Luke LaLonde.

- Desc. : Indie pop collage
- R.S.V.A. : Sufjan Stevens, Andrew Bird, Deerhoof

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0