[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > L > LACKTHEREOF

Your Anchor

LACKTHEREOF

Barsuk

mardi 29 décembre 2009, par Nicolas Pelletier

(5/5) Un de nos coups de coeur de l’année ! Malgré le fait que « Your Anchor » ait été lancé en 2008, il n’est parvenu que sur le tard à nos oreilles. Mais quel album ! On s’en veut de ne le découvrir que maintenant ! Les 10 chansons écrites, jouées et enregistrées par Danny Seim sont de pures merveilles, tant au niveau mélodique, des arrangements que de l’originalité globale de l’œuvre.

Ce 9e album de Seim avec ce groupe projet auquel se greffent parfois d’autres musiciens est un espèce de mélange du flegme vocal et des mélodies accrocheuses de Beck (Choir Practice, Fire Trial), de la créativité du Badly Drawn Boy des débuts et de l’art-rock à la Why ? (Locked Upstairs). De plus, Seim a un talent de chanteur qui lui permet de générer d’excellents chœurs en doublant sa voix, rappelant ce que font Grand Archives (Vacant Eyes), dans un moule plus dynamique. Au niveau ambiance, c’est parfois à Tindersticks, en moins déprimant, auquel Lackthereof fait penser, comme sur Ask Permission. D’une façon générale, on pourrait comparer la démarche de Seim à celle de Fred Fortin, bien que les deux musiciens ne s’expriment pas tout à fait dans le même style musical.

Danny Seim, originaire de Portland en Oregon, est également membre des Menomena, trio formé avec Brent Knopf et Justin Harris, qui a produit trois albums et plusieurs EP entre 2000 et 2007, en plus de tourner avec Gang of Four, The National et The Long Winters.

Seim a aussi le talent (décidément, il les a tous !) de créer des arrangements audacieux, sans jamais en mettre trop, autour de ses airs mélodiques toujours efficaces. Sa basse est ronflante et lourde, la batterie est utilisée avec parcimonie, les guitares jaillissent de partout, acoustiques ou électriques… mais c’est surtout ce ton flegmatique qu’il utilise pour chanter qui fait qu’on accroche dès les premiers instants, comme on le faisait avec Beck dès les premiers albums. La chanson You Can, huitième en lice sur dix, est un modèle de perfection et d’équilibre entre mélodie efficace, instrumentation éparse (on y entend subtilement batterie, guitare slide, orgue, guitare sèche mais il faut tendre l’oreille), originalité et ambiance hantée, notamment grâce aux chœurs.

On a là l’un des meilleurs albums à découvrir en 2009. Une perle cachée, certes, mais une perle très certainement.

- Desc. : Groovy lo-fi pop
- R.S.V.A. : Beck, Badly Drawn Boy, Bon Iver

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0