[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > L > DENIS LOCAR’SONGS

L’interparoissiale (…croisade)

DENIS LOCAR’SONGS

Partycul system

septembre 2002, par Nicolas Pelletier

Cette croisade du Français Denis Locar aurait pu être un savant tour de force de sampling rythmé : d’entrée, avec « Le destin frappe à ma porte » avec son loop de monologue puis, encore mieux, avec « Une masse de pognon pour Mr Ferchild », qui fait groover une vieille émission de télé en y mêlant piano et basse, Locar attire l’attention par la créativité et l’audace de sa démarche surréaliste… Mais dès la 3e pièce, « Venus 4 », Locar nous amène d’étranges grooves tellement distortionnés et superposés de bordel indescriptible que l’écoute en devient presque insupportable. « Locar’s Phone » démontre de belles idées au niveau de la transformation de la voix et du scénario, mais le tout est tellement brouillon, flou et déjanté que ça ressemble bien plus aux démos et expérimentations que tous font en début de carrière, mais que la plupart laissent au font d’un tiroir à jamais. NP
- Desc. : Expérimental brouillon
- R.S.V.A. : Residents dans leurs pires moments, Stockhausen, Beastie Boys

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0