[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > K > KEITH KOUNA

Du plaisir et des bombes

KEITH KOUNA

L-Abe

dimanche 7 octobre 2012, par Jeff Bugz

(4/5) L’ex (ex ?) chanteur des Goules, Keith Kouna nous revient enfin avec son deuxième album, une nouvelle étiquette, beaucoup de plaisir et des bombes. Dans son cas les bombes ce sont des tubes, des pièces accrocheuses et mélodiques, aux textes teintés de son unique poésie urbaine.

Kouna n’hésite pas à tomber dans le sarcasme, dans l’ironie, il ne se prend pas au sérieux et malgré tout vous pouvez trouver tout cela ainsi qu’un message bien clair quand on lit entre les lignes de morceaux comme Pas de panique. Ce morceau est justement le seul sur un ton un peu rap, pop quasi-léché et accessible. À l’écoute des paroles de cette chanson on voit défiler les visages de plusieurs artistes devant leur micro à l’ADISQ et cela est plutôt fort rigolo.

Malgré des revendications, de l’ironie, du sarcasme, de l’humour et de la poésie, on y retrouve aussi de la mélancolie et des moments plus touchants comme la superbe Batiscan où on l’entend gémir quelques mots sur son père. Un morceau qui pourra pratiquement vous mettre la larme à l’oeil, un peu comme Dédé l’avait fait avec Le répondeur.

Quand Kouna n’est pas en train de rocker la cabane, on le retrouve seul ou presque avec de douces mélodies pianotées ici et là. Le tout est très diversifié ; vous y retrouverez autant du rock n’ roll avec Le sexe, que du folk avec Batiscan, du hip hop avec Pas de panique et enfin des pièces plus pop et d’autres beaucoup plus rock (Tic Tac).

On aime ou on l’aime pas le Kouna, mais il faut lui donner sa chance, aller le voir en concert la où il est tellement à l’aise. Il faut aussi entendre et déchiffrer sa poésie qui plait ou déplait tant. Son seul véritable défaut est d’avoir un album trop diversifié, et les moments plus simples sont parfois les meilleurs.

Outre quelques bouts trop progressifs, l’album s’écoute bien. Est-il à la hauteur des attentes, cela est difficile à dire, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre avec lui, il ne faut que l’apprivoiser par la suite.
- Desc. : Rock franco/poésie punk pop
- R.S.V.A. : Mononc’ Serge, Fred Fortin, Mickey 3D

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0