[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Le volume du vent

KARKWA

(Audiogram)

jeudi 22 mai 2008, par Nicolas Pelletier

(3,5/5) Le troisième et plus récent album de nos Radiohead québécois est plus dense (et non « dance », rassurez-vous) que l’excellent précédent Les tremblement s’immobilisent (2005). Un peu plus ardu même, à la première écoute. Les envolées planantes et explosions alternent (Le Compteur, premier titre, passe du calme à la tempête avec passion), ce qui surprend parfois, vu le nombre impressionnant de changements de tempos, donc d’ambiances par chanson. On aimerait parfois que la bande à Louis-Jean Cormier étire un moment jouissif un peu plus longtemps, mais le groupe semble s’être donné pour mission de « brasser la cage » de chacune de leurs compositions, objectif certainement louable. Karkwa s’attire des comparaisons avec Radiohead (et le REM des beaux jours dans certains cas) vu leur talent mélodique jumelé à une instrumentation complexe (Deux lampadaires) qui est à la fois riche, diversifiée et accessible. En écoutant attentivement, on entend ce banjo en arrière-plan, ce piano, cette deuxième ligne de voix, « distorsionnée », cet invité (les voix de Patrick Watson, Marie-Pierre Fournier, Élizabeth Powell…) ainsi que divers petits mais importants détails qui donnent du panache au tout. Le frimas est un clin d’œil à la musique instrumentale à la Torngat. Le volume du vent est emballé dans une magnifique peinture de Dominique Desbiens et est disponible avec cadre blanc ou noir, au choix du consommateur. Le seul défaut de cet album se trouve peut-être dans la redondance de la structure « belle mélodie au couplet/refrain musclé » qui revient souvent. Mais puisque chaque chanson est intéressante et que ce niveau de qualité (Le temps mort, La façade) et de recherche musicale est plutôt rare au Québec, on ne s’en plaindra pas.
- Desc. : Rock alternatif
- R.S.V.A. : Les Chiens, Radiohead, REM

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0