[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Fields

JUNIP

Mute

lundi 4 juillet 2011, par Nicolas Pelletier

(4.5/5) Avec cette humble pochette aux dessins futuro-psychédéliques et ce nom sorti de nulle part, on s’attendait à un groupe indie rock. Mais non, il s’agit du nouvel opus du brillant songwriter qu’est José Gonzalez, celui-là même qui nous avait épaté au Club Soda en 2008 suivant la sortie de l’excellent « In Our Nature ». Gonzalez a pris son temps entre deux publications, mais l’attente en valait le coup. « Fields » est un petit bijou de disque qu’on apprécie encore plus au fil des écoutes... ce qui en fait un grand disque !

Cette fois, Gonzalez n’est plus seul avec sa guitare sèche. Il s’est entouré du batteur Elias Araya et du claviériste Tobias Winterkornet donnant un autre très bon résultat. La variété des arrangements est dorénavant au rendez-vous. Sur Roap & Summit, le trio se permet une audace rythmique : la guitare est à contretemps, la ligne de chant l’est aussi. Et pourtant le tout fonctionne à merveille ! Le travail du batteur Araya est souvent brillant, même si discret. Sur Without You, il laisse toute la place à Gonzalez tout en amenant ce qu’il faut pour enrichir la pièce. Winterkornet s’en tient souvent qu’aux masses ambiantes avec ses claviers. Mais lorsqu’il ajoute quelques notes mélodiques, ce sont les bonnes aux bons endroits. Sa participation graduelle à cette même Without You est divine, élevant la chanson de Gonzalez dans un autre univers, presque à la Pink Floyd des belles années (on a d’ailleurs souvent sous-estimé l’apport de feu Rick Wright, derrière les vedettes qu’étaient Gilmour et Waters, mais ça c’est une autre histoire). Reste que si Araya et Winterkornet peuvent si bien utiliser leur art, c’est en grande partie grâce aux solides chansons de Gonzalez. L’auteur-compositeur-interprète Suédois d’origine Argentine y pond plusieurs magnifiques airs, comme Its Alright, auxquels ses deux complices n’ont qu’à ajouter leur touche.

La complicité entre les trois musiciens n’est pas surprenante quand on connaît leur histoire. Araya et Gonzalez sont en fait potes depuis l’âge de 7 ans et jouent ensemble depuis qu’ils ont 14 ans. Ils ont rencontré Winterkornet lors de concerts qu’ils faisaient à cette époque, dans un style beaucoup plus hardcore qu’aujourd’hui. Les trois ont performé ensemble dès l’âge de 18 ans. Plus récemment, ils ont sorti quelques EPs, en 2005 et 2010. Étant donné le succès solo rencontré par Gonzalez depuis quelques années, celui-ci est devenu moins disponible. Il a toutefois décidé de prendre une pause l’an passé et de ne reprendre le collier que lorsque l’album du groupe Junip soit lancé. Parions que les trois potes vont bientôt (re)prendre la route, cette fois en « band ». On ne s’en plaindra certainement pas.

- Desc : Undie pop folk
- R.S.V.A. : Xavier Rudd, José Gonzales, Iron & Wine

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0