[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > J > JOY FORMIDABLE, THE

Wolf’s Law

JOY FORMIDABLE, THE

Atlantic/Warner

mardi 9 juillet 2013, par Émile Foucher

(4/5) Originaire du Pays de Galles, le trio, désormais Londonien, nous revient avec un troisième album marqué par l’ambition de devenir plus grand avec un son rock porteur et puissant.

Leurs compositions lourdes et vrombissantes, créées en parties par la basse de Rhydian Dafydd et la guitare de la charismatique chanteuse Ritzy Bryan, nous assomment dès les premières notes de This Ladder Is Ours, sans ne jamais s’arrêter, à une exception près ; l’intervention acoustique de Silent Treatment en milieu d’album.

Autrefois reconnu comme étant les réhabiliteurs de la pop noisy et shoegaze avec des albums comme A Balloon Called Moaning en 2010 puis The Big Roar en 2011, le groupe se la joue davantage grand public sur son troisième album avec des hymnes rocks livrés dans l’urgence comme Cholla et Little Bimp ou encore avec son rituel de près de 7 minutes intitulé Maw Maw Song.

Sans tomber dans l’excès, la démesure signée Joy Formidable est plus qu’excellente ; la communion entre la voix doucement féminine de Ritzy Bryan et l’instrumental brutal de Wolf’s Law aide grandement à assoupir la lourdeur des 11 pistes que contient l’album et le groupe demeure pertinent musicalement en mêlant son style sauvage d’origine à des compositions capables de plaire à des fans adeptes de musiques plus généralistes. Wolf’s Law est donc la preuve qu’il est bel et bien possible de se laisser emporter par sa folie des grandeurs sans tuer sa réputation.

- Desc : Rock alternatif
- R.S.V.A : Metric, Yeah Yeah Yeah’s, Veruca Salt

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0