[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > J > JONES GLENN

The Wanting

JONES GLENN

Thrill Jockey

mardi 27 septembre 2011, par Frédérick Galbrun

(4/5) Hurler à la lune, désirer le ciel. Avide des moments de départ, des errances sur la route. Traverser des montagnes en chantant et se laisser imprégner de cette émotion particulière qui pousse au changement, au renouveau. Alors que le blues pousse à se vautrer dans notre propre mélancolie, ici il se transforme et est dirigé vers l’extérieur. Au lieu d’être un repli sur soi, l’âme s’ouvre à l’autre et ne demande que la rencontre ; rencontre avec les grands espaces, ceux de la ville et de la campagne.

Guitares 6 et 10 cordes, banjo, guitare slide, Glenn Jones sort l’arsenal habituel pour s’attaquer à la vie et lui rappeler qu’il est capable de la prendre par le cou. Son jeu est impeccable et on ne peut lui reprocher son goût pour la mélodie. Il ne s’éloigne pas beaucoup du genre qu’il émule et ses compositions sont convenues. Les moments les plus forts sont sur « The Great Swamp Way Rout » et « The Orca Grand Cement Factory at Victorville ». La première est une courte pièce au banjo captivante grâce à sa ligne mélodique tendue et sa rythmique narrative. L’autre, qui clôt le disque, est un monolithe de 18 minutes, avec ses percussions métalliques et ses roulements de caisse claire, semblable au passage d’un train sur des rails, nous entraîne dans un autre monde, mécanique, ouvrier, industriel et sa finale en free-drumming nous fait désirer autre chose.

Glenn Jones désire s’approcher de cet Autre mystérieux inatteignable. Il avait déjà perdu un mentor avec la mort de John Fahey, il a perdu maintenant un complice avec le décès de Jack Rose, autre artisan du renouveau folk Takoma. Ce nouveau disque sur Thrill Jockey, à la suite de Rose, se veut un appel. Hymne mortuaire de celui qui désire le repos éternel mais ne peut se familiariser avec la réalité de la mort. Sauf si la mort est une répétition. Autre disque de guitare solo ; Glenn Jones meurt à petit feu. On attend le renouveau.

- Desc : Folk instrumental, guitares acoustique
- R.S.V.A. : Jack Rose, John Fahey, Leo Kottke.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0