[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JOAN OF ARC

Life Like

JOAN OF ARC

Polyvinyl

mardi 25 octobre 2011, par François Crevier

(2.5/5) Vous avez beau déconstruire votre pâté chinois tant que vous voulez, pour faire différent, ça demeurera toujours au final que du steak, du blé d’inde et des patates. C’est avec cette mine un peu déconfite du gars qui a joué dans son assiette pendant 40 minutes que l’on ressort de cet album : « On va tu se claquer un couscous royal maintenant ? ».

On est d’accord là-dessus : Joan of Arc a une longue feuille de route. Le leader du groupe, Tim Kinsella, connaît le tabac. On se serait donc attendu à des chansons plus solides et à un minimum d’innovation !

D’abord, il faut bien le dire, la voix de Tinsella n’a jamais été le point fort du groupe. Elle rappelle tantôt la voix et les intonations emo de Conor Oberst (Bright Eyes) en plus approximatives toutefois, tantôt le jappement d’un berger allemand enrhumé. Les guitares électriques sont toujours à côté de la plaque, comme celles de Spiral Stairs (Pavement) peuvent l’être mais sans la créativité de ce dernier. Les mélodies atteignent par moment quelques pointes d’énergie appréciables et nous font opiner du bonnet mais ça ne suffit guère à rendre l’album captivant de bout en bout.

La première pièce dure plus de 10 minutes et a pour titre : « I Saw the Messed Binds of My Generation ». Cet imposant premier morceau est entièrement instrumental et représente sans contredit le meilleur moment du disque. Après avoir mis la barre haute en début d’album, la voix fait son apparition et on assiste à un déclin progressif.

Pour les adeptes de rock déglingué, ok, mais pour les autres, y a certainement mieux à se mettre sous le tympan !

- Desc. : Math/post-rock déconstruit
- R.S.V.A : Destroyer, Bright Eyes, Pele

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0