[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JOAN OF ARC

Boo Human

JOAN OF ARC

Polyvinyl

mercredi 7 janvier 2009, par Nicolas Pelletier

(2/5) Pas évidente, la musique de Joan of Arc. Le principal auteur, Tim Kinsella, met définitivement l’accent sur les arrangements originaux, poussant la créativité à la limite de l’agréable. L’absence d’airs vraiment accrocheurs fait que l’écoute de ce type de musique n’est jamais loin de l’irritation, mais pique tout de même la curiosité. On a envie d’entendre comment il habillera chacune de ces chansons, comment il triturera les sonorités, mais d’un autre côté, on a souvent un peu hâte de passer à la pièce suivante, parce qu’un peu tannés du même motif qui tourne en boucle pendant six minutes, aussi bien manigancé soit-il.

Kinsella s’est servi d’une tactique plutôt originale pour enregistrer le 11e album studio de JoA, groupe fondé en 1995 à Chicago. Il a enregistré lui-même le squelette de plusieurs morceaux en studio, puis a invité ses amis musiciens à venir compléter le tout eux-mêmes, selon ce que les pistes pouvaient leur inspirer. Et c’est ainsi que 14 différents musiciens, dont certains faisant partie de Wilco, Iron & Wine, Bonnie Prince Billy, Beth Orton et Prefuse 73 ont tous contribué à l’une ou l’autre des 14 chansons de Boo Human. Certains titres ont même été publiés en deux versions complètement différentes, étant donné l’approche multiple.

Si la démarche est extrêmement permissive et créative, elle donne aussi un résultat très varié d’un morceau à l’autre. Le folk assez doux de If There Was A Time No 1 y cotoie de l’expérimentation plus brute (Lying and Cheating Mind). La seconde version de If There Was A Time vire carrément en bordel vague et confus, ce qui n’est pas nécessairement un moment palpitant de l’album. On souffle un peu lorsque le beat plus carré de The Surrender No 2 débute, après ce long intervalle de quatre minutes qui en paraît le double. Si toutes les chansons avaient été aussi accessibles que Just Pack or Unpack (ou même A Tell-Tale Penis, bien que moins captivante), on aurait eu là un solide album, simplement parce que l’oreille pourrait plus facilement s’accrocher à quelque chose.

Joan of Arc a connu différentes combinaisons de membres musiciens depuis sa formation. Seul Kinsella y est depuis les débuts, soit depuis la séparation du groupe Cap’n Jazz, dans lequel faisait aussi partie son frère Mike, Sam Zurick et Victor Villarreal. Le groupe, complété par Erik Bocek et Jeremy Boyle, est reconnu pour son insatiable recherche sonore. Certains passages parus sur l’album The Gap (2000) comptent jusqu’à 100 pistes d’instruments superposés !

Bref, voilà un album difficile, fidèle à la réputation du groupe, mais définitivement original. Amateurs de contretemps et d’inattendu, vous prendrez votre pied avec Jeanne of Arc.

- Desc. : Experimental math-rock
- R.S.V.A. : Califone, Havergal, Karate

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0