[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JIGSAW SEEN, THE

Bananas Foster

JIGSAW SEEN, THE

Vibro-phonic

lundi 10 janvier 2011, par Éric Dumais

(2/5) La formation californienne The Jigsaw Seen vient de larguer son tout nouvel opus, Bananas Foster, un souffle créatif assez percutant qui arrive à point avec la sortie du tout dernier single de Philippe Katerine, intitulé La Banane. Bien entendu, cette coïncidence relève d’un hasard pur et simple, mais il est quand même cocasse de voir deux groupes aux styles musicaux totalement disparates parler du même thème, surtout lorsqu’il s’agit des bananes !

N’empêche que le dernier album des Jigsaw Seen est réellement basé sur le thème de la banane, car la couverture, qui présente de grandes similitudes avec le concept des bananes Chiquita, est jaune « flash ». À l’intérieur de cette édition de luxe, on retrouve même un concept pop art qui fait référence à Andy Warhol et aux Velvet Underground, puisque l’image sur le disque présente une banane sur fond noir, qui est un rappel à l’édition spéciale de l’album Peel Slowly And See. On retrouve même, à l’intérieur de la pochette, une recette intitulée Bananas Foster, qui, semble-t-il, est un dessert culinaire relevant d’un travail artistique de hauts niveaux. Concept plutôt cocasse, certes, mais que dire de la musique ?

Si vous aviez la crainte que les Jigsaw Seen parlent de bananes dans les textes de leur nouvel opus, détrompez-vous. Le quatuor américain a réalisé un album très complet, où de nombreuses références au Bee Gees s’y retrouvent, comme empêtrées parmi les nombreux instruments qui composent l’orchestration. Ils réussissent à offrir des mélodies saisissantes et parfois fort appréciables. Dennis Davison (chant), Jonathan Lea (guitare), Tom Currier (basse) et Teddy Freese (batterie) ont inclus de magnifiques mélodies au piano (Crazy Legs), de l’harmonica (You Look Like A Lot Of People), de la mandoline (Fruitbasket Upset) et de la trompette (Cave Canem). Résultat, l’album contient de multiples variations qui rendent l’écoute encore plus agréable. Il faut dire que Bananas Foster présente également des pièces beaucoup moins écoutables, dont la chanson inaugurale qui causera à coup sûr un mal de tête au mélomane mal avisé. Dès l’ouverture de l’opus, Dennis Davison récite, tel un mantra, le titre de la chanson, Bertha Brillance, mais dans une cacophonie vocale et instrumentale réellement insupportable. Outre ce léger bémol, ce nouvel effort de la formation américaine demeure assez satisfaisant, mais la question à se poser est celle-ci : l’écouterons-nous encore dans un mois ?

Pour les amateurs de nouveaux desserts et pour les gourmands de ce monde, je vous suggère de consulter le lien suivant si vous avez envie d’essayer en grande primeur la recette qui vous permettra de faire un vrai « Bananas Foster » : http://allrecipes.com//Recipe/banan.... Bon appétit !

- Desc. : Pop folk dreamy
- R.S.V.A. : The Minus Five, The Posies, R.E.M.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0