[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JEREMY JAY

A Place Where We Could Go

JEREMY JAY

(K)

lundi 2 juin 2008, par Jean-François Rioux

(5/5) Et voilà, déjà un des disques de l’année, le premier album complet de Jeremy Jay, ce jeune géant de Los Angeles. C’est immédiatement après la petite intro Nite Nite que vous découvrez l’une des plus belles pièces parues en 2008, la superbe Heavenly Creatures, une composition intemporelle qui aurait pu être écrite il y a 40 ans.

Jeremy Jay sort d’un sac à surprises, avec son folk-rock rêveur et hanté, sa voix honnête, plus ou moins juste, et son maladroit jeu de guitare qui nous donne souvent l’impression d’être faux ou désaccordé. Malgré tout, la beauté des mélodies, les textes et le monde qui entoure Jeremy Jay ne sont que pur bonheur.

Escape to Aspen nous laisse croire que Jay va nous faire une reprise de Joy Division (Love Will Tear Us Apart), mais finalement, il s’en découle une toute autre mélodie une fois l’intro enclenchée. L’album a été produit par le jeune musicien accompagné du dirigeant de la compagnie K Records, maître Calvin Johnson, qui sans aucun doute, doit revivre dans la musique du jeune chanteur ses propres débuts.

La nonchalance de Jeremy Jay amplifie son charme de jeune poète airant dans un parc, guitare à l’épaule, sans aucun doute un tombeur pour ses dames, il a vraiment tout. Jusqu’ici, A Place Where We Could Go est le meilleur album paru en 2008.

- Desc. : Pop-folk 50’s. 60’s, 70’s…
- R.S.V.A. : David Vandervelde, Marmoset, Kimya Dawson

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0