[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JEREMY JAY

Slow Dance

JEREMY JAY

K

samedi 11 avril 2009, par Jean-François Rioux

(4.5/5) À peine un an après son premier album, le jeune Californien nous revient en force avec une suite un peu plus disco. Originalement peintre et maintenant musicien à tant plein, Jay obtient de plus en plus de succès en Amérique et en Europe.

Avec Slow Dance, le jeune compositeur garde ses anciennes influences pop françaises 60, Velvet Underground poppy, David Bowie-esque en y incorporant un mixte de new wave et de disco lo-fi. Le charismatique chanteur gagne son publique avec son style nonchalant, post grunge et indie rocker à la mode. Ça ne vous prendra qu’une seule écoute pour par la suite chanter l’album au complet avec votre ami Jeremy. Chaque pièce est incontestablement un tube. Cependant, on a parfois l’impression que certains morceaux sont décousus, répétitifs, kitsch et ils le sont ! Mais malgré ce petit côté kitsch, ces morceaux sont quand même efficaces ! L’originalité de Jay est presque unique en son genre, cela même s’il y a une bonne différence musicale entre A Place Where We Could Go et ce nouveau trésor. Ce que Jeremy veut avec ce nouveau disque c’est avoir des tas de femmes dansant devant lui lors de ses performances et ça, on le sent de loin.

Pour la deuxième année consécutive je retrouverai un album de Jeremy Jay dans mon top 5 de fin d’année. Les fans de K records ne pourront qu’apprécier la pop naïve du jeune auteur-compositeur et interprète de Los Angeles qui semble sorti tout droit d’un film en noir et blanc, avec un peu de rose quand même. (En spectacle à Montréal au Zoo Bizarre le 29 avril 2009)

- Desc. : Indie-pop nonchalante
- R.S.V.A. : Beat Happening, Vaselines, Moldy Peaches

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0