[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > J > JACK LADDER & THE DREAMLANDERS

Playmates

JACK LADDER & THE DREAMLANDERS

Fat Possum

vendredi 15 mai 2015, par Jean-François Rioux

(4.5/5) Le regard menaçant et la coupe 80s de Robert Palmer caractérise ce mystérieux chanteur de pommes qui rapidement vous ramènera en tête le charisme et la voix de Dave Gahan (Depeche Mode) que ce soit dans la façon de chanter ou même dans le son de la musique. Mais vous apprécierez aussi le ton narratif légèrement arrogant à la Nick Cave.

Ou se retrouver après tout ce name dropping ? Oui on entend quelques unes des influences de Jack Ladder, mais malgré tout l’écoute de l’album est plaisante, le son est assez bien rafraichis et vous donne envie d’en entendre encore plus de pièces en pièces. Les rythmes, les mélodies et harmonies son minimalistes, le tout est dénudé et la voix est dominante et semi chanté mais agréable. La batterie (électronique) est froide, on entend un peu de new wave, dark wave, passant par Suicide, The Cure et encore une fois Depeche Mode. Surtout sur la magnifique Her Hands. Notez que sur deux pièces vous retrouverez la voix de Sharon Van Etten.

Sur Reputation Amputation on croirait presque entendre du pop-industriel, puis le tout se calme rapidement par la suite avec l’une des chansons les plus tranquilles du disque.

L’australien Tim Rogers porte le nom de Jack Ladder depuis près de 10 ans, mais c’est avec Playmates que nous entendrons vraiment parler de lui en Amérique. Playmates est une belle bibitte, une surprenante bibitte.

- Desc. : Indie-new wave
- R.S.V.A. : Nick Cave & The Bad Seeds, Depeche Mode, Suicide

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0