[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > H > HORSE FEATHERS

Thistled Spring

HORSE FEATHERS

Kill Rock Stars

samedi 26 juin 2010, par Nicolas Pelletier

(4/5) Avec leurs voix douces, guitares sèches, mélodies agréables, arrangements audacieux dans les gammes du folk moderne, les Horse Feathers sont du calibre des Grand Archives, Band of Horses et autres Iron & Wine.

Moins tristes que Bon Iver, moins rock que Blitzen Trapper, moins latino que Calexico, plus américain que José Gonzalez (belle ressemblance de l’accent vocal sur Starving Robins…) et plus élaboré qu’Eric Bachmann, ce quatuor de Portland (Orgeon) mené par Justin Ringle a tout de même un petit quelque chose de chacun de ces artistes de qualité. Sur la magnifique The Drought, la voix de Ringle est d’abord seule, mais imposante de sincérité, avant qu’un ensemble de cordes et un banjo ne viennent enrichir avec caractère ce courageux chant. Les violons, très présents sur tout l’album, amènent une dimension assez impressionnante, un certain panache pourrait-on dire, au folk des Horse Feathers. On le vérifie avec les chansons où les violons se font discrets, comme Vernonia Blues, moins originale que les autres, bien que très intense. En début d’album, la chanson titre s’élançait avec grande classe sur quelques notes éparses de piano et, encore une fois, de magnifiques envolées aux violons. Le ton est lancé : on a ici de la musique solide et bien conçue.

Pour la petite histoire, Ringle a d’abord rencontré en 2006 le multi-instrumentiste Peter Broderick avec lequel il travaille les arrangements de ses chansons, menant à l’enregistrement d’un premier album paru en 2008 (un effort plus ou moins réussi à nos yeux : http://www.emorageimagazine.com/mus... ). Sa sœur Heather Broderick y ajoutait ensuite son violoncelle. Peter et Heather ayant décidé de poursuivre leurs carrières musicales respectives, c’est vers le violoniste Nathan Crockett, la violoncelliste Catherine Odell (dont on entend également la voix sur Cascades) et le joueur de banjo et percussionniste Sam Cooper que Ringle s’est tourné pour poursuivre avec brio son projet.

Sans tomber dans les arrangements complexes et sophistiqués qu’un Owen Pallett peut créer pour sa pop intelligente, les Horse Feathers utilisent les cordes pour donner du caractère à leurs chansons, déjà fort intéressantes. Le cœur sur la main, les Horse Feathers semblent être de la trempe de ces artistes qui n’hésitent pas à se dévoiler, à dénuder leur âme, à se montrer sur un angle plus vulnérable, le tout dans le but d’offrir une musique authentique, personnelle et intense.

- Desc. : folk americana
- R.S.V.A. : Grand Archives, José Gonzalez, Tom Brosseau

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0