[] [] [] [] [] []

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > H > HORRORS, THE

Skying

HORRORS, THE

XL

lundi 1er août 2011, par Éric Dumais

(4/5) La formation anglaise The Horrors a connu son moment de gloire en 2009 avec la sortie de l’album phare Primary Colours, dont le succès instantané leur a permis d’atteindre le sommet, un peu comme Guy Laliberté, le fondateur du Cirque du Soleil. Le jeune quintette, formé par le leader Faris Badwan, nous revient cet été avec un troisième opus, Skying.

Après avoir connu des débuts tumultueux suite à la sortie de leur première galette, Strange House (2007), une œuvre punk garage plutôt obscure et située à quelques sonorités près des mélodies psychobilly des Cramps, The Horrors a décidé de changer son fusil d’épaule et d’adopter une toute nouvelle direction musicale. Choix éclairé, puisque leur notoriété a décuplé quelques semaines après la sortie de Primary Colours.

Skying est l’album le plus abouti depuis leur formation à l’été 2005. La hargne et l’agressivité qui avaient composé le charme hypnotique de Strange House se retrouvent diluées dans une surdose de mélodies pop-rock garage soft, où le clavier et la voix planante de Faris Badwan sont toujours aussi présents, et ce, pour notre plus grand bonheur.

Dès sa sortie au mois de juin, le single Still Life marquait déjà à pleine dent l’évolution du groupe : la voix s’est adoucie, l’orchestration, quoique très épurée, semble encore plus légère, plus détendue qu’auparavant, et les textures électroniques plus planantes que jamais. En fait, Skying est la suite idéalisée de Primary Colours ; imaginez le mordant de Who Can Say, mélangé avec l’aspect hypnotique de Sea Within A Sea, et vous obtiendrez les nouveaux titres de Skying. Le quintette a pris de l’assurance, et cette évolution marquante se confirme au son de mélodies telles que Changing The Rain, Endless Blue et Dive In. À l’époque, rares étaient les chansons que l’on fredonnait et dont l’air nous flottait toujours en tête après l’écoute. Sur Skying, Faris et sa bande d’affreux ont planché davantage sur l’esthétique et la solidité de leurs chansons, lesquelles sont encore plus vraies, plus limpides, et surtout plus vivantes que jamais.

Skying marque un pas de géant dans la carrière du groupe et il ne serait pas étonnant que The Horrors remporte un prix prestigieux dans les semaines à venir.

- Desc. : Brit-pop rock, post-punk garage
- R.S.V.A. : Joy Division, S.C.U.M., The Warlocks

*The Horrors sera en concert à Montréal le 28 septembre 2011 au Café Campus.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0