[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > H > HOLOPAW

Holopaw

HOLOPAW

Sub Pop

janvier 2004, par Nicolas Pelletier

Ce quintet, dirigé par John Orth, arrive chez Sub Pop avec un album plutôt folk, pour le label qui nous a amené le grunge et Nirvana au début des années 90. Les accents de guitares slides (« Igloo Glass ») se mêlent bien aux arrangements plus modernes (« Abraham Lincoln ») parsemés ici et là. Il reste que dans l’ensemble, ces cinq gars de Gainsville en Floride, s’en tiennent au folk pur. Le premier album de Holopaw met bien en valeur la voix pleureuse de John Orth. Il prend parfois un timbre chambranlant qui se rapproche de celui de Gord Downie des Tragically Hip (sur « Took it for a twinkle » notamment) bien que le son du groupe s’enligne beaucoup plus dans le sillage des Bob Dylan, Blue Rodeo et autres Neil Young du monde folk.

De temps en temps, Holopaw sortent une ligne mélodique absolument ravissante (« Teacup Woozy »), des moments tendres et puissants d’intimité. Un peu à la Neil Young lorsque doux, John Orth et sa bande de Holopaw content des histoires d’amours douloureuses, des situations de remises en question, le tout définitivement adaptées aux journées grises d’avril (« Hoover »).

- Desc. : Folk
- R.S.V.A. : Bob Dylan, Bill Janovitz, Blue Rodeo

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0