[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > H > HEXSTATIC

When Robots Go Bad

HEXSTATIC

Ninja Tunes

vendredi 7 août 2009, par Nicolas Pelletier

(1/5) On ne peut s’empêcher d’être surpris, voire carrément déçus par cet album, plutôt faible, provenant de la pourtant très fiable étiquette Ninja Tunes, publiant les dernières curiosités des Amon Tobin, Sixtoo et Bonobo de ce monde… Surpris par une pochette aussi laide, affublée de robots aux yeux rayons laser, et déçus par cette musique électronique très pop, très peu originale. La pièce initiale, Red Laser Beam, ressemble à du sous-Justice, ce qui part bien mal l’expérience Hextatic…

Dans ses meilleurs moments, Robin Brunson et Stuart Warren-Hill, deux gars d’Edinbourg, se rapprochent de ce que font Champion, mais sont encore loin de capturer le groove et d’avoir la force mélodique pour enflammer les passions. Roll Over est d’une redondance navrante, la voix de la chanteuse (est-ce MC B+, Ema J ou Sabirajade ?) n’étant jamais vraiment « crinquée » assez pour rendre contagieuse l’énergie nécessaire pour incendier le dance floor. Plus loin, sur Freak Me, Hextatic avait en main les éléments pour pondre un tube à la Deee-Lite, mais la pauvre chanteuse n’a pas en voix une mélodie assez forte pour livrer un hymne disco convainquant. Prom Night Party, à la M.I.A. est un peu plus intéressante, mais les sons sauce 80s lo-fi ne donnent pas le « humpf » nécessaire au groove. La partie rythmique d’Hextatic ramène malheureusement souvent à ce que nous cherchions à oublier des « glorieuses » années 80 : musique de robots avec voix impersonnelles.

Il y a bien quelques sonorités robotiques intéressantes ici et là (Tokyo Trafic, très influencée par Justice avec basse fuzzée) mais rien de très original. Malheureusement, vu la contingence de groupes qui se battent pour une place dans les écouteurs des amateurs d’électro, il faut livrer une musique sans faille et électrisante pour captiver le public exigeant et souvent connaisseur.

- Desc. : Electronica
- R.S.V.A. : Justice, Neotronic, Coldcut

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0