[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > H > HEAVY TRASH

Midnight Soul Serenade

HEAVY TRASH

Fat Possum

samedi 19 juin 2010, par Nicolas Pelletier

(4/5) Avec un troisième album, Jon Spencer et Matt Verta-Ray dépassent le stade de projet anecdotique en marge du Blues Explosion du premier. Le duo plonge à pieds joints dans le rockabilly (Good Man), comme on en n’avait pas entendu depuis les Stray Cats… et Carl Perkins ! Heavy Trash semble dorénavant être un groupe avec sa personnalité propre : celle de rockeurs à l’ancienne, capables de varier les styles et les plaisirs.

Sur « Midnight Soul Serenade », ils pondent toujours d’excellents morceaux de country garage trash (Sometimes You Gotta Be Gentle), mais cette fois, ils ne se limitent pas qu’à ça. Autant dans les genres expérimentés que dans la façon de les enregistrer (anciens micros, etc.), Spencer et Verta-Ray se donnent toutes les chances d’être crédibles et authentiques. Bumble Bee est un vieux rock où la voix lâche des « baby » sincères, alors que la guitare (est-ce cette bonne vieille Gretch que l’on reconnaît ?) rajoute au désespoir teinté de rage que l’amoureux frustré exprime ici. Sur The Pill, Heavy Trash va chercher ses influences chez Tom Waits… et chez Tarantino, tellement on a l’impression qu’on nous raconte une histoire qui s’illustrerait si bien dans un vieux western sinistre. Dès la chanson suivante, Pimento, on retrouve une certaine légèreté grâce à une guitare classique aux sonorités espagnoles, puis un ton plus surf, à la Dick Dale.

La crème arrive au tiers de l’album avec la langoureuse mais trash Isolation, à mi-chemin entre les Breastfeeders, les Gruesomes, Ray Charles et Waits… Plus loin, on a l’impression de croiser les fantômes des Troggs, Kinks et autres Animals tellement l’énergie sauvage du vieux rock de la fin des années 50 et début 60 est présente. Les guitares sont tonitruantes, le rock est bien sale, les voix chargées de ressentiments de toutes sortes : frustration, sexe, séduction, peine, provocation, fougue… Les ingrédients du plus pur des rock’n’roll.

- Desc. : Rock’n’roll sale
- R.S.V.A. : White Stripes, Reverend Horton Heat, Blues Explosion

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0