[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > G > GUNN, STEVE & GANGLOFF, MIKE

Melodies For a Savage Fix

GUNN, STEVE & GANGLOFF, MIKE

Important

, par Frédérick Galbrun

(3.5/5) Le folk contemporain se métisse dans des collaborations parfois surprenantes ainsi que d’autres respectant une logique donnée d’avance. Dans cette visée, c’est au tour d’Important Records de nous offrir une rencontre très intéressante entre le guitariste Steve Gunn et le multi-instrumentiste Mike Gangloff. Le premier a fait ses premières armes avec le groupe noise GHQ et s’est rapidement construit une renommée en tant que guitariste acoustique, avec plusieurs albums s’inscrivant dans cette veine. Depuis deux ou trois ans, Gunn cumule les sorties d’album avec des obscures collaborations telles que Golden Gunn (avec Hiss Golden Messenger), Dune Church (avec Manuel Padding) et le Gunn–Trucinsky Duo.

Pour sa part, Mike Gangloff est à la barre de Black Twig Pickers et fait partie du trio Pelt. Son album solo sorti précédemment (www.emorageimagazine.com/old...), nous a montré qu’il manie habilement le violon et le banjo et qu’il est probablement à l’origine de la teinte indienne qui suinte de cet enregistrement. Fidèle à ses habitudes avec Pelt, Gangloff s’est présenté à la séance d’enregistrement avec un arsenal d’instruments orientaux tels que l’esraj, le sruti box, bol tibétain, gongs… en plus du banjo. Ce faisant, il offre un support et un accompagnement riche en sonorités à Steve Gunn, qui brille grâce à ses guitares acoustiques six et douze cordes.

Peu de surprises ici pour l’amateur du genre ; il s’agit d’un disque réconfortant, qui demeure fidèle à l’esthétique folk des deux musiciens. Les sonorités de raga indien soutiennent un jeu de guitare mélodique, arpentant les gammes orientales pour tisser une douce couverture monochrome. Le morceau qui débute l’album « First of Spring » est très intéressant et la présence de Joe Dejarnette à la basse contribue nécessairement à cette appréciation. Celui-ci vient ajouter une profondeur qui aurait été bienvenue tout au long de l’album, lui permettant peut-être de s’extirper des clichés du genre.

Toujours est-il que les deux musiciens s’en tirent quand même à bon compte, Gunn arrive à exploiter des sonorités particulières de sa guitare en faisant résonner les cordes sympathiques, qui fournissent un son éraillé à la mélodie, comme sur « Out Canning Factory Road » et son jeu est riche en émotions. Il n’exploite pas nécessairement sa virtuosité en tant que guitariste ; il garde plutôt ses mélodies simples, bien construites et accrocheuses, dans la lignée de l’étiquette Takoma. C’est seulement sur la face B que Gangloff s’empare de son banjo pour accompagner discrètement son acolyte sur « Worry Past Worry », lui laissant quand même énormément de place pour un fingerpicking rapide et répétitif.

La pièce qui clôt l’album, « Dive For The Pearl », détonne de l’ensemble et le banjo s’élance dans des mélodies rapides pour procurer le titre le plus enjoué de « Melodies For a Savage Fix ». Cette finale vient brouiller l’impression généralisée d’un disque minimaliste de guitare acoustique, alourdi par des bourdons orientaux, que l’écoute a induite.

-  Desc : American Folk Raga.
-  R.S.V.A. : Six Organs Of Admittance, Glenn Jones, Pelt

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0