[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > G > GRINDERMAN

2 RMX

GRINDERMAN

Anti

mercredi 11 juillet 2012, par Jeff Bugz

(2.5/5) J’ai véritablement une relation amour/haine avec les albums de remix. Premièrement, ces albums sont rarement bons, ou souvent bourrés de remplissage et d’artistes moins intéressants qui gâchent le produit fini. Parfois on se demande quel est le lien entre l’artiste A et l’artiste B, surtout que musicalement le fan n’est pas obligé d’aimer l’artiste B, alors souvent il est déçu du résultat. Ce que j’aime par contre ce sont ceux qui y vont avec des ajouts, des subtilités sans véritablement détruire le cœur de la pièce, ceux qui y ajoutent moins de « gossages » dans le fond.

Je voyais très mal comment des dizaines d’artistes pouvaient retravailler le matériel du grand 2 de Grinderman paru l’an dernier. Par contre, j’étais bien curieux d’entendre ce qu’allaient faire les A Place To Bury Strangers, Joshua Homme, Cat’s Eye et à la fin de l’album le groupe nous offrait tout de même un morceau presque inédit en First Evil.

Comme de fait, c’est à la seconde plage que le tout commence véritablement, lorsque A Place To Bury Strangers réplique à leur son le morceau Worm Tamer, c’est tout simplement du APTBS avec Nick Cave à la voix. Un titre grinçant, tinté de superbes effets et pourtant l’essence de la chanson y est, ca colle merveilleusement bien.

Nick Zinner pour sa part semble avoir ajouté seulement un peu de guitare acoustique à la troisième plage qui est tout comme la première plage tiré de « Bellringer Blues ». Les remix de Josh Homme et de UNKLE sont passables tandis que celui de Cat’s Eye est insupportable. Puis à la surprise générale la pièce retravaillée par Barry Adamson est l’une des grandes réussites de l’album. Pourtant certain ne se rendront absolument compte de rien, tout est dans les subtilités, les sons d’arrière plan, la voix beaucoup plus forte de Cave et une minute et demi de plus de bonheur.

Par la suite, l’album prend un tournant semi-insupportable, il contient beaucoup plus d’expérimentations et à moins d’être un grand fan des remixeurs en question, rien de tout ça n’est incontournable. Puis le tout se termine avec la pièce inédite qui est plutôt expérimental mais surtout décevante, puisque on croit que la cerise viendra à la fin mais au contraire, le tout se termine amèrement.

- Desc. : Un autre disque de remix, rock
- R.S.V.A. : A Place To Bury Strangers, The Fall, Depeche Mode

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0