[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > G > GRAPES OF WRATH, THE

High Road

GRAPES OF WRATH, THE

Aporia

mardi 11 juin 2013, par Nicolas Pelletier

(3/5) Voilà plus de 25 ans qu’on n’avait pas entendu parler des Grapes of Wrath, cet excellent groupe canadien qui nous avait offert au milieu des années 80 de beaux airs folk pop. Chris Hooper, Tom Hooper et Kevin Kane formaient de belles harmonies à l’époque où les guitares sèches revenaient à l’avant de la scène avec notamment les Edie Brickell & the New Bohemians et autres Tracy Chapman. Le claviériste Vincent Jones les rejoint en 1989.

Je me souviens encore bien avoir écouté en boucle le picking de guitare sèche de la superbe All the Things I Wasn’t, et fredonné les refrains de What Was Going Through My Head, Do You Want To Tell Me, tous issus de l’album « Now and Again », paru en 1989, ou encore Oh Lucky Man, du précédent « Treehouse », réalisé par Tom Cochrane. Puis, silence complet après un album ordinaire en 1991. Lorsque le chanteur et guitariste Kevin Kane quitte en 1992, les trois autres continuent avec un maigre succès sous le nom Ginger. Ils enregistreront 4 microsillons entre 1993 et 97.

Après les retours inattendus de Too Many Cooks puis de My Bloody Valentine (dont les impacts sont bien différents), revoici un autre band dont on ne pensait jamais réentendre de nouveau matériel. Le mince « Field Trip » de 2000 était passé complètement inaperçu.

Chris Hooper, Tom Hooper et Kevin Kane (qui a quelques albums solo à son actif), amis depuis 1983, ressuscitent le groupe en entreprennent l’album avec une sympathique chanson, Good To See You, qui parle de retrouvailles (avec leur public ? Entre eux ?). Les guitares sont toujours aussi allumées (Isn’t There) et les harmonies vocales aussi justes qu’il y a 30 ans. Le style des Grapes est le même : plein de guitares à la Tom Petty, belles harmonies vocales, on y sent l’influence de musiciens des années 60 comme The Byrds et Crosby Stills & Nash.

De belles mélodies accrocheuses sont de nouveau au menu, surtout sur la sympathique Mexico, où l’on raconte un thème typiquement canadien : la fuite de l’hiver et de la neige vers le soleil (C’est peut-être là qu’ils étaient tout ce temps ?).

Les Grapes ne révolutionnent absolument rien avec ce nouvel album, publié chez Aporia, mais n’offrent rien de moins qu’avant : du bon pop folk rock bien ficelé, dans la même veine que les Howie Beck, Matthew Sweet et autres créateurs canadiens. Un peu comme durant les années 80, les Grapes of Wrath n’arrivent pas à tenir un excellent album d’un bout à l’autre du CD. Ils s’essoufflent à mi-parcours.

- Desc. : Dreamy folk pop/rock
- R.S.V.A. : R.E.M., The Posies, Sloan

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0