[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > G > GOONIES NEVER SAY DIE

No Words To Voice Our Hopes And Fears

GOONIES NEVER SAY DIE

Deep Elm

jeudi 6 janvier 2011, par Éric Dumais

(4/5) La formation anglaise Goonies Never Say Die a enregistré, de la fin de l’année 2009 au début du mois d’août 2010, leur deuxième album en carrière, le très attendu et épique No Words To Voice Our Hopes And Fears. Ce deuxième volet, qui vient compléter le récit laissé en suspens par la précédente galette In a Forest Without Trees (2009), est une suite à la fois formidable et grandiloquente. En effet, le groupe rock progressif instrumental, que l’on peut considérer aussi pertinent que les Montréalais Godpseed You ! Black Emperor, a souvent tendance à créer des fables et des histoires fantastiques à travers ses chansons, tellement la dimension offerte est puissante.

L’orchestration est réellement l’atout premier de cette formation de talent. Le sextuor, composé de Barry Parkinson (guitare), Danny Kerr (batterie), James MacPhie (piano), Simon Morgan (guitare), Steven Trenell (basse) et Michael Zubine (effets visuels/sons digitaux), comporte une véritable armée de bons musiciens à son bord, ce qui apporte une diversité de vision au sein du groupe. Chaque pièce est unique, toujours un peu plus mystérieuse les unes que les autres, et, dans l’ensemble, le ton varie toujours progressivement, tout en douceur. Goonies Never Say Die peut rappeler à certains égards certaines chansons de Godspeed, certes, mais davantage la jeune formation montréalaise Bateau Noir, qui a fait paraître un opus intitulé La Sauvagerie des Heures (2010), et qui comporte, lui aussi, son lot d’imageries mentales féroces.

Plus particulièrement, la deuxième chanson, Nothing Remanins Forever But The Future Still Holds Hope, est tout simplement renversante : une magnifique mélodie au piano ouvre lentement l’opus, suivie de près par des guitares électriques qui viennent donner un ton plus brut, plus agressif, et ce, à peine quelques secondes avant que les percussions enchaînent pour compléter le tableau. L’ensemble est grandiose, spectaculaire et vraiment innovateur. On sent une décharge d’intensité, de noirceur et de sérénité nous traverser les veines : l’effet est renversant. On est conquis. Ainsi, l’album progresse, innove, adopte certaines tangentes, tout en changeant constamment d’atmosphère. C’est l’album idéal pour tous ceux qui aiment le rock expérimental instrumental. Décidément l’un des meilleures sorties de l’année 2010.

- Desc. : Post-rock epic/progressif
- R.S.V.A. : Explosions in the Sky, Maserati, Nightfist

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0