[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > G > GONZALES, CHILLY

Ivory Tower

GONZALES, CHILLY

Arts & Crafts

vendredi 1er octobre 2010, par Nicolas Pelletier

(2/5) On ne sait jamais où va nous mener le talentueux mais dispersé virtuose qu’est Jason Beck, alias Gonzales. Brillant pianiste diplômé de l’Université McGill (Solo Piano, en 2004), rappeur auto-dérisoire (The Entertainist, en 2000) ou artiste disco-comico-kitsch-pop (son album précédent, Soft Power en 2008), il s’élance dans une nouvelle mutation à chaque album, greffant parfois un concept visuel et/ou un nouveau personnage.

Il y a eu des hauts (son concert de 2008 dont nous vous parlions (http://www.emorageimagazine.com/con...) et il y eu des bas (le fameux flop de son concert sur l’orgue de l’église St-Jean-Baptiste sur lequel il a joué du Black Sabbath…) et il y eu des longueurs (il détient le record Guinness pour la plus longue prestation instrumentale avec une exécution de plus de 27 heures !). Bref, ça peut être génial comme n’importe quoi.

Avec « Ivory Tower », c’est dans le cinéma que Gonzo investi, en tant que scénariste (avec Céline Sciamma) et même acteur, ce qu’un « entertainer » comme lui n’effraie pas. Le film doit être présenté au Festival du nouveau cinéma, en première à Montréal. Feist, Peaches et Tiga seront de la partie.

Mais au niveau purement musical, ce 7e album du Montréalais expatrié à Paris laisse un peu l’auditeur sur sa faim. Certes, certains grooves disco pop font bouger (I am Europe et You Can Dance), et quelques mélodies sont bien conçues, avec le piano en instrument principal, mais à aucun moment ne sommes-nous transportés vers le 7e ciel, ce qui avait été le cas à d’autres moments dans sa carrière.

Connaissant le grand talent de celui qui a produit de petits chef d’œuvres pour Feist (« Let it die » en 2003) et Jane Birkin (« Rendez-Vous » en 2004), dont les mains ont servi pour le brillant film « Gainsbourg, vie héroïque » et qui a mis en valeur Peaches, Mocky, Jamie Liddell, So Called et Katie Moore, ce « Ivory Tower » est une déception. Espérons que le concept visuel – que l’on verra soit sur scène, en salle ou sur DVD – rendra le tout plus captivant.

- Desc. : Pop kitsch électro
- R.S.V.A. : Rinocérose, Ratatat, Kool & the Gang

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0