[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > G > GOLDFRAPP

Head First

GOLDFRAPP

Mute/EMI

vendredi 4 juin 2010, par Nicolas Pelletier

(1.5/5) On est d’abord surpris par l’apparence, puis par les premiers sons de “Rocket“. On s’étonne de constater à quel point le duo anglais a pris un virage 80 avec leur 5e album. Les claviers de Will Gregory sont carrément ceux de “Jump“ de Van Halen alors que la voix d’Alison Goldfrapp sonne comme un mélange de Blondie et d’Émily Haines, de Metric. Le tout est malheureusement dans un registre pop assez léger, voire superficiel. Ce virage 80 s’explique peut-être par l’âge de Mlle Goldfrapp, qui ne fait pas ses 44 ans. Elle a vécu la période fluo alors qu’elle était ado, ce qui est toujours marquant.

Goldfrapp semble avoir définitivement tourné la page du lounge cool à la Portishead des premiers albums et se tourne vers la disco pop à la LaRoux (“Believer“) et même Lady Gaga (qui compte Goldfrapp parmi ses influences musicales et vestimentaires), composée de plusieurs couches de claviers et de rythmes électroniques. On y entend des chansons sentimentales plus ou moins heureuses. Les textes sont malheureusement souvent assez clichés et on remarque de nombreuses influences directes au disco pop des années 80. Ça sent le Abba (“Alive“, autant par le piano que la voix) et le new wave (“Dreaming“, probablement la plus mystérieuse du lot). Ça sent aussi le Flashdance (“Head First“). Et quand Goldfrapp effleure la ballade sirupeuse, ce qui rend le tout carrément pénible.

Après avoir collaboré avec Tricky, le duo avait déjà bouleversé les fans de la première heure en reprenant un extrait de Physical (tube planétaire d’Olivia Newton-John) dans une de leurs chansons de 2003. Puis, avec les singles Train, Strict Machine et Twist en 2004, ils réussissent à vendre des millions d’albums à travers le monde. Goldfrapp reviendra vers un style plus posé en 2008 avec l’album Seventh Tree, qui vendra moins que le précédent, mais réconciliera les fans des débuts ; ceux-ci resteront probablement perplexes avec cette nouvelle incursion dans le disco léger…

- Desc. : Pop-électro
- R.S.V.A. : Little Boots , Annie, Saint Etienne

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0