[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > G > GANGLOFF, MIKE

Poplar Hollow

GANGLOFF, MIKE

Blackest Rainbow

jeudi 17 octobre 2013, par Frédérick Galbrun

(3.5/5) Pour comprendre le parcours musical de Mike Gangloff, membre fondateur du groupe de folk expérimental Pelt, il faut se demander dans quelle tradition s’inscrivent les référents culturels qu’il utilise et comment en tant que groupe, les membres arrivent à les mettre en commun pour s’inscrire dans la continuité d’une logique créative. Lorsque folk traditionnel américain rencontre les bourdons continus de la musique orientale, on ne peut pas dire que cela émerge de nulle part. On peut d’emblée leur induire une filiation descendante ; un regard tourné vers une certaine frange des années 60, surtout après la sortie du disque de Pelt intitulé : « A Stone For Angus Maclise » en 2009. Rappelons-le ; Angus Maclise, premier batteur des Velvet Underground avant d’être remplacé par Moe Tucker, était probablement un des musiciens les plus radicaux de son époque. Fervent adepte du minimalisme oriental, sa musique tout comme son éthique se sont polarisées, le menant à finir sa vie à Katmandou. Le chemin parcouru par ce musicien nous rappelle l’exploration musicale des débuts des Velvet Underground, en passant par les drones de violons de John Cale. Car avant d’être un groupe rock culte, ceux-ci étaient avant tout des explorateurs et Maclise a quitté le groupe les accusant de s’être vendus à l’industrie…

Ce qui nous ramène à Mike Gangloff qui, en plus de faire partie de Pelt, est aussi à la barre des groupes Black Twig Pickers et Spiral Joy Band. Principalement reconnu pour son jeu de violon et de banjo, Gangloff poursuit dans la lignée instiguée par son groupe et, pour la première fois en vingt ans, ce musicien nous offre un album solo en son nom. « Poplar Hollow » est paru en cd plus tôt cette année et vient d’être édité dans toute la splendeur du vinyle par le label anglais Blackest Rainbow. Sur ce disque, Gangloff utilise ses instruments de prédilections ; les morceaux au violon alterne avec le banjo, bien souvent sur les nappes de bourdons acoustiques de Cara Joyce au sruti box. Encore une fois, la rencontre du folk américain avec la musique modale indienne se résous en un mariage harmonieux. On parle donc ici aussi de minimalisme et, en raison du violon, d’un passage obligé vers Henry Flynt ; ce musicien qui a combattu l’élitisme européen et prôné une réappropriation populaire en passant par des formes musicales « abâtardies » comme le blues, le folk et le hillbilly.

Gangloff construit un répertoire qu’on pourrait qualifier d’archaïque car à des milles de l’hédonisme que nous propose la modernité. Il nous plonge dans l’histoire de la musique populaire américaine. Son jeu de banjo est rapide et rythmé, suivant des mélodies aux relents de folk bluegrass. D’ailleurs, le titre de cet album nous renvoie à un morceau de musique du répertoire Smithsonian intitulé « Hollow Poplar », qui est une composition traditionnelle bluegrass au violon. Le ton est donné pour qualifier la musique de cet album qui risque de plaire tout d’abord aux amateurs du genre et aux fans de folk instrumental. Lorsqu’il se risque au chant sur « Waiting On My Rider Back From Town », Gangloff emprunte des intonations à Michael Hurley et assume ainsi une autre réappropriation historique.

Le vide de l’expérience fondamentale est pour certains, un lieu investi par l’histoire ; la vie réelle que le creux du peuplier abrite. Dans ce foisonnement des rencontres, les cultures se développent comme moyen d’amalgamer le monde des possibles en une réalité qui est moins angoissante mais qui souhaite demeurer sauvage. Ce qui peut expliquer ce rapprochement entre psychédélisme et orient, tout comme ce bulbe de pavot sur la pochette du disque, qui est admirablement illustrée par Jake Blanchard, le même artiste ayant signé le visuel d’ « Effigy », le plus récent album de Pelt paru l’année dernière.

- Desc : Folk américain psychédélique
- R.S.V.A : Michael Hurley, Henry Flynt, Holy Modal Rounders

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0