[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > F > The FLAMING SIDEBURNS

Save Rock’n’Roll

The FLAMING SIDEBURNS

Jetset

lundi 18 novembre 2002, par Nicolas Pelletier

Si cet excitant band norvégien s’est effectivement donné la mission de sauver le rock’n’roll, ils entreprennent bien les choses avec ce second long jeu. Un rock énergique, un rock d’aréna, un rock de party, un rock comme il s’en faisait dans les années 70 : rempli de guitares, de tambourins et de riffs en béton. A la voix, l’Argentin ( !) et bilingue Eduardo Martinez s’élance comme un Roger Daltry ou un Iggy Pop époque Stooges, alors que le duo de guitaristes Johnny Volume et Jeffrey Lee Burns (depuis remplacé par Ski Williamson) s’échangent des riffs à la Black Crowes. Copains avec les membres de Soundtracks of Our Lives - leurs voisins suédois -, ceux-ci leur donnent un coup de main sur quelques pièces et les citent comme un des meilleurs bands du garage rock. Malheureusement un peu mal enregistré (le son griche parfois lorsque la basse de The Punisher et la batterie de Jay Burnside s’emballent), il reste que l’on ressent facilement l’énergie et le groove de ces Flaming Sideburns sur cet album. Un peu répétitifs et peu originaux, ces norvégiens s’enlignent dans la même ligue que les Blurtonia, Le Nombre et autres Electric Frankenstein : de dignes héritiers des Rolling Stones (c’est plutôt évident dans « Flowers »), des encyclopédies du riff de guitare LesPaul, des rockeurs qui se défoncent à chaque mesure, sans demi-mesure. (7/10)
- Desc. : cocaïne rock
- R.S.V.A. : Blurtonia,White Stripes, Rolling Stones 1969

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0