[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > F > FUNKI PORCINI

On

FUNKI PORCINI

Ninja Tune

vendredi 24 décembre 2010, par Nicolas Pelletier

(3/5) Funki Porcini, c’est l’œuvre d’un seul homme, James Braddell, d’Angleterre. Sont nom d’artiste n’est pas toujours représentatif de sa musique : quelques rares morceaux contiennent des grooves vraiment « cochons ». L’essentiel de son 6e album « On » est surtout constitué de pièces à tangente ambiante jazzy lounge (This Ain’t The Way to Live, à la Erik Truffaz) effleurant à peine le côté jazzy des premiers albums d’Amon Tobin, tout en visant l’excellence au niveau qualité sonore, comme tout ce qui est signé chez Ninja Tunes.

Braddell frise parfois même le new age et la musique cinématographique (The Third Man) ce qui n’est pas nécessairement une tare, surtout pour l’auditeur attentif qui prendra son pied en relevant moult détails et subtilités dans les sons utilisés, captivant l’ouïe et empêchant de tomber dans un état trop méditatif (proche du sommeil). Ceux qui recherchent un état halluciné ou des beats ravagés à la Amon Tobin seront toutefois déçus parce que ce n’est pas l’angle emprunté par ce musicien qui est également cinéaste. Funki Porcini nage surtout dans l’air ambiant, ne visant pas les clubs trendy ou underground. Quelques fois, le rythme s’électrise et surfe sur un jazz déjanté et assez rapide (The Magic Hands of Fernando del Ray), mais ces moments ne sont pas la norme sur cet album.

Comme la plupart des artistes de la scène électronique, Braddell a collaboré avec plusieurs différents collectifs. Dans son cas, il fit partie de Team Alcohol, 9 Lazy 9 et Purr, se liant entre autres avec Rupert Small, DJ N4Eric et Stuart Warren-Hill d’Hexstatic (dont nous vous parlions de leur plus récent opus ici : http://www.emorageimagazine.com/old... ). Braddell a aussi récemment collaboré en tant qu’artiste visuel et/ou cinéaste à deux projets de Tony Grisoni « Syncing » et « The Pizza Miracle ».

- Desc. : Cinématic électro
- R.S.V.A. : Cinematic Orchestra, Fila Brazilia, Érik Truffaz

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0