[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > F > FUCK BUTTONS

Tarot Sport

FUCK BUTTONS

ATP

mardi 2 mars 2010, par Éric Dumais

(4.5/5) À peine un an plus tôt, Andrew Hung et Ben Power nous offraient leur premier album, Street Horrrsing. Ce dernier, fortement acclamé par la critique, s’est vu discerner une place de choix dans la plupart des palmarès en Angleterre et partout dans le monde. Voici maintenant Tarot Sport, leur deuxième effort à paraître chez ATP Recordings.

Le duo britannique Fuck Buttons peut être fier du succès qu’il a remporté depuis la parution de leur tout premier album en 2008. D’ailleurs, avec un tel nom de band, il est difficile de passer inaperçu aux yeux de la presse. Au cas où vous ne le sauriez pas, Fuck Buttons, en argot anglais slang signifie « clitoris », ni plus ni moins. Disons que pour l’instant, les médias, en guise de censure, s’empressent d’insérer des étoiles un peu partout, car il est impossible, et je dis bien impossible, de fermer les yeux sur un album aussi captivant, voire aussi imaginatif que Tarot Sport.

Dès l’ouverture, la pièce Surf Solar, que nous pouvions écouter en streaming en attendant la sortie imminente de l’opus à l’automne 2009, demeure le tube à écouter et à réécouter indéfiniment. L’ambiance est totale, les beats électro s’enchaînent avec brio et l’atmosphère dégagée invite à la détente comme aux mouvements. Il semble que les deux Anglais aient privilégié cet aspect de leur musique, car sur Tarot Sport, contrairement à Street Horrrsing, on reçoit de plein fouet une invitation à relaxer sagement assis dans notre salon ou, au contraire, à se lever et à danser les yeux fermés et la tête baissée sur des rythmes aussi endiablés qu’hypnotisants. La seconde pièce, Rough Steez, est plus heavy, même qu’elle est pas mal plus noisy que la précédente. Elle nous donne la possibilité de nous défouler, de libérer nos tensions et d’accéder à un niveau d’exaltation vraiment surprenant. Pour la suite, Fuck Buttons invente pour nous un univers synthétique où la méditation est au rendez-vous (The Lisbon Maru) et où les bruits prennent tout leur sens (Phantom Limb). Vraiment, c’est pour tous les goûts.

Fuck Buttons nous offre ici le meilleur opus de sa jeune carrière et il n’est pas nécessaire de vous dire que ce n’est pas fini.

- Desc. : Électro noisy
- R.S.V.A. : Mogwai, Holy Fuck, Growing

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0