[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > F > FRANZ FERDINAND

Tonight

FRANZ FERDINAND

Domino / Sony

lundi 9 mars 2009, par Nicolas Pelletier

(3/5) Le quatuor de Glasgow, en Écosse, revient avec un 3e album définitivement moins spectaculaire que leur célèbre premier éponyme datant de 2004 mais probablement meilleur que le second, « You Could Have It So Much Better », paru l’année suivante. Chefs de file du mouvement disco punk avec les Strokes et autres Hot Chips, Franz Ferdinand montrent ici un peu de maturité. Le ton général est beaucoup plus posé, l’urgence est passée.

Fils spirituels des Blur et Pulp des années 90, petits-fils spirituels des Talking Heads (Bite Hard), de Blondie et même de Duran Duran (si si ! Essayez d’écouter What She Came For sans penser au FabFive), Franz Ferdinand font partie de la crème du genre, avec Interpol - qui sont, eux, plus goth alterno à la Cure - et les White Stripes, plus blues brut, à la Hendrix.

Propulsés autant dans les magazines « people » que suivis par la presse spécialisée, la bande d’Alex Kapranos a la lourde responsabilité de livrer à la fois qualité musicale et « hook » commercial. Sur « Tonight », peu de bombes qui attireront le danseur du dimanche sur la piste, on a plutôt affaire à du bon rock qui fait taper du pied. Seule Twilight Omens est peut-être plus accrocheuse avec son boogie au piano disto (ce n’est pas un sampling d’Abba, d’ailleurs ? Quelqu’un peut confirmer ?), brillante chanson s’il en est un, dans la lignée de ce que fait Malajube.

Ce sont plutôt des titres relax (Turn It On), bien construits, bien qu’un peu mous (Send Him Away) qui composent cet album. Le genre de chansons qui passent bien en voiture, qui sont agréables dans un bar où on s’entend parler. On aime si on prend le temps d’écouter à répétition, ou sous casque d’écoute. (NP)

- Desc. : disco punk pop
- R.S.V.A. : Editors, Interpol, Bloc Party

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0