[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > F > FLOWERS FOREVER

S/T

FLOWERS FOREVER

Team Love

jeudi 12 novembre 2009, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) L’album éponyme des Flowers Forever est sorti depuis plus d’un an, mais on y revient aujourd’hui pour souligner la créativité et l’énergie de ce trio mené par Derek Pressnall, aussi leader de Tilly & The Wall.

Flowers Forever portent bien leur nom. Ils font un rock très influencé par les années 60 (Jealous Motherfucker, qui, évidemment, rajoute une couche d’ironie), alliant pop joyeuse à la Kinks (Black Rosary), énergie verbo motrice à la Elvis Costello des débuts et instrumentation à la Beatles (l’originale Beautiful Tornado). Ajoutez-y des guitares plus viriles, à la Who, quelques claviers psychédéliques et vous avez une belle idée où ces fleurs éternelles nous amènent ! Pressnall, originaire d’Omaha au Nebraska, a une bonne plume et un talent de compositeur évident. Plusieurs mélodies sont très accrocheuses, mais il demeure que c’est l’ambiance d’effervescence créative qui relève l’intérêt de l’auditeur. Par leur énergie, Flowers Forever sonnent parfois comme des groupes à la Fol Chen ou Of Montreal, mais dans une version sixties (Happy New Year). N’imaginez pas un « folk peace & love » mais plutôt une musique très chargée d’instruments divers, où l’on sent une certaine tension. On pourrait appeler ça de la power pop psychédélique, obtenue par un mélange des 13th Floor Elevator avec, disons, de la pop énergique à la Eugene McGuinness (Wet Diamonds) et un soupçon de rock garage à la Breastfeeders ou même Gruesomes.

Il manque peut-être une touche plus mélodique à certaines chansons qui ne sont, au fond, que des boules d’énergie lancées à pleine vapeur. Il faut attendre la 6e pièce de l’album, Dirty Dollar Bill, pour savourer une pièce un peu moins électrisante, ce qui permet d’exploiter un peu mieux une mélodie supérieure. Celle-là fait un peu penser à Jean Leloup. Un aspect à travailler, mais un groupe définitivement assez intriguant pour être suivi du coin de l’œil.

- Desc. : Sixtees power psyche pop
- R.S.V.A. : Catfish Haven, Bright Eyes, Lightspeed Champion

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0