[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > F > FLAMING LIPS, THE

The Dark Side Of The Moon

FLAMING LIPS, THE

Warner Bros

lundi 12 juillet 2010, par Éric Dumais

(4.5/5) Les Américains The Flaming Lips sont de retour à peine quelques mois après la parution de leur douzième opus, l’extravagant Embryonic (2009), avec un projet d’une ambition quasiment démesurée. Ils ont ni plus ni moins entrepris une reprise intégrale de l’inoubliable Dark Side Of The Moon, le célèbre album psych-rock de Pink Floyd paru en 1973. Décidément, les membres des Flaming Lips nous prouvent encore une fois qu’ils n’ont pas froid aux yeux.

La formation originaire d’Oklahoma City aux États-Unis a fait appel à des musiciens d’expérience pour mettre à terme ce projet d’envergure. C’est pourquoi nous pouvons compter sur le groupe Stardeath and White Dwarfs, qui a offert une aide précieuse à la réalisation de cet opus, ainsi qu’Henry Rollins (l’ex-chanteur des Black Flag), et la Canadienne Merrill Nisker (Peaches). Avec environ 25 ans d’expérience en banque, il fallait s’attendre de la part des Flaming Lips à un résultat plus que satisfaisant. Et l’opus est bel et bien à la hauteur de leur ambition… démesurée !

Speak To Me / Breathe, la pièce inaugurale, nous fait entrer à petits pas dans l’univers complètement déjanté des Lips, avec une version en tous points semblable à celle de Pink Floyd. En effet, la pièce à saveur rock progressive démarre en trombe avec du « feedback » plein les oreilles, et une basse exubérante à en faire frémir. Décidément, les Flaming Lips étaient les bons musiciens pour interpréter les reprises inoubliables du groupe britannique, et ce, sans jamais trop s’éloigner du style original.

L’orchestration, en raison des nombreuses collaborations, est évidemment très solide et excessivement bien maîtrisée, et le chant de Wayne Coyne arrive presque à accoter celui de l’éminent Roger Waters. À chaque détour, les Flaming Lips nous surprennent avec de légères variations rock expérimentales, qui nous font apprécier et redécouvrir cet opus empoussiéré depuis maintes années. Vous aimerez l’instant de folie qui s’empare de Coyne et de ses musiciens sur The Great Gig In The Sky, mais aussi l’éclatement orchestral de la bande sur Any Colour You Like.

Bien entendu, chaque pièce de l’opus mériterait son instant de gloire, sauf qu’il m’est impossible d’en faire une critique aussi exhaustive. Vous devez absolument écouter cet album le plus vite possible et replonger au sein des années 70, avec probablement l’une des meilleures reprises de la dernière décennie.

- Desc. : Rock progressif expérimental
- R.S.V.A. : Pink Floyd, Super Furry Animals, Animal Collective

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0