[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > F > FEVER RAY

S/T

FEVER RAY

Mute

samedi 21 mars 2009, par Nicolas Pelletier

(4/5) La mystérieuse auteur-compositeur-interprète qui se cache sous le nom Fever Ray est en fait Dreijer Andersson, une Suédoise qu’on a aussi entendue avec The Knife. Pour son premier effort solo, Miss Andersson s’est enfermée chez elle, au sud de Stockholm, pendant huit mois durant lesquels elle a travaillé rigoureusement, de 7 heures à 15 heures tous les jours.

Si de son propre aveu cette période a été moralement difficile pour l’artiste, le résultat en vaut la peine ! Les dix chansons créées sur cet album éponyme sont franchement intéressantes : on y sombre dans des ambiances planantes et mystérieuses, à cheval entre le mantra (When I Grow Up) et l’électro. La voix de Dreijer est plutôt nasillarde, comme celle de M.I.A., mais sa musique ressemble plus à celle de Via Tania : électronique avant-tout et plutôt ambiante. Les mélodies ne sont pas renversantes dès le premier abord, mais au fil des écoutes, quelques unes se démarquent, comme Seven, plus rapide et un tantinet plus pop. Quelques-unes sonnent un peu plus « 80s ». Les fans des Cure période 1983-86 (« Pornography », « Head on the Door ») devraient apprécier des morceaux comme Triangle Walks, entre autres.

Aidée par Cecilia Nordlund pour les paroles et par Christoffer Berg et Van Rivers & The Subliminal Kid pour la production, Dreijer Andersson peut être fière du résultat. Son album est hanté d’une présence forte et est très organique, même si tout ce qui entoure sa voix a été créé par des machines. Les fans de Portishead et de Metric devraient apprécier, ainsi que ceux de Pan American, dont la musique électro répétitive a certains traits communs avec celle de Fever Ray (Coconut, en finale d’album). À d’autres moments, on est transportés dans des univers plus particuliers où les voix à effets prend le dessus, projetant l’auditeur dans un monde de transe (Concrete Walls, presqu’à la Enigma !).

Recommandé à tous ceux et celles qui cherchent une musique à la fois très personnelle et très universelle, prêts à se laisser envahir par l’univers particulier d’une artiste encore méconnue. Un beau voyage musical.

- Desc. : Pop ambiant
- R.S.V.A. : Siouxie, Björk, Portishead

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0