[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > E > EXCEPTER

Debt Dept.

EXCEPTER

Paw Tracks

samedi 7 février 2009, par Jeff Bugz

(3/5) Dès le premier morceau, je me suis senti interpellé. Était-ce une divinité satanique, une manipulation surnaturelle ? Je ne peux l’expliquer. Tout ce que je peux dire, c’est que dès mon réveil le lendemain de l’écoute de Debt dept., une série d’événements tragiques s’étaient produits : j’étais coupable, cela était imminent. Ce n’est qu’après une longue séance d’hypnose, où j’aurais révélé cette histoire, qui m’a été racontée par mes psychologues, psychiatres et docteurs.

J’aurais mis l’album du groupe new-yorkais Excepter afin de l’entendre pour une première fois, fraîchement reçu de nos amis chez Paw Tracks. Le premier morceau passe comme dans du beurre : c’est un petit bonbon noise rock psyché, cela m’avait même rappelé par moments Throbbing Gristle. Tout a commencé dès la deuxième pièce où les rythmes de batterie électronique et les voix hypnotisants m’auraient rapidement converti à une religion extraterrestre, sournoisement sans que je puisse m’en rendre compte. Le drame commença dès la troisième chanson, titre du morceau en question : Kill people. Je, selon mes dires, m’aurais précipité dans la cuisine vers mon arsenal de couteaux, j’aurais cherché une victime partout en criant un nouveau langage. La seule victime potentielle étant mon chat Microbe, qui d’ailleurs fut assez futé pour bien se cacher, je m’aurais mis à courir nu dans la rue à la recherche d’une cible. Il faisait déjà sombre à l’extérieur, je suis entré dans un hospice où j’ai froidement assassiné une quarantaine de personnes âgées sans défense, la plupart durant leur sommeil, pour finalement être capturé par plusieurs gardiens de nuit. Apparemment, je mangeais l’une de mes victimes, encore vivante, mes yeux et seins crevés par ma lame. Puis me voilà en psychiatrie. C’est ce que m’ont raconté mes docteurs.

J’ai ensuite, grâce à notre excellent système judiciaire, eu trois mois à purger en psychiatrie où j’ai reçu des électrochocs, des prêtres pour m’exorciser, et finalement, j’ai été remis sur le droit chemin grâce au disque de Marie Mai que j’écoute en boucle. Je purge aujourd’hui ma peine dans la communauté, sans aucuns travaux communautaires à effectuer. Je ne suis plus une brebis égarée. Par contre, on m’interdit de réécouter un disque du groupe rock noise psyché Excepter. Je me souviens de son quasi industriel, de cris, de mix de DJ, de scratch, de voix presque hors champ, de rythmes quasi house, de déconstruction, de plusieurs autres instruments, soit réels ou volés sur d’autres albums. Finalement, le souvenir est vague, mais il m’effraie.

Je souhaite parfois ne pas avoir commis ces crimes, mais il est trop tard. Je vous aurai prévenu, cet album est disponible en vente libre et légale, surtout ne mélangez pas l’écoute de cet album et des drogues hallucinogènes de force moyenne (puisque de toute façon, les drogues fortes vous empêcheront de bouger !). Bonne chance.

- Desc. : Noise-rock expérimental-techno-ish pop post-punk
- R.S.V.A. : Mouthus, Throbbing Gristle, Double Leopards

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0