[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > E > ENDLESS BOOGIE

Full House Head

ENDLESS BOOGIE

No Quarter

mardi 19 octobre 2010, par Olivier Boivin

(3.5/5) Sauvage, électrique jusqu’à la moelle, psychédélique jusqu’à la nausée, Endless Boogie est le style de groupe qui accompagnerait bien une balade de vieux « muscle car » en pleine nuit, sur une route inconnue du sud des États-Unis. Après leur premier album acclamé par les critiques en 2008, intitulé Focus Level, la formation fait paraître ici son deuxième album encore plus puissant, Full House Head. Du blues-rock noisy hors des chemins balisés, dans les fossés où se terrent des bêtes sauvages.

En surface, on dirait parfois les Black Keys, qui auraient perdu les clés de la voiture, et qui les cherchent dans le noir parce que leur vie en dépend. Nous sommes à peu près à la moitié de l’opus d’Endless Boogie quand tout à coup le vertige, les hallucinations et les repères s’échappent. On embarque dans une espèce d’improvisation disjonctée. Le chanteur du groupe à la personnalité presque culte, Paul Major, nous renvoie en plein visage ses excès de boucane, ses 3 derniers paquets de cigarettes de la journée. Comparons sa voix à celle de Tom Waits, en moins rauque. Les chansons sont longues, entre 5 et 22 minutes, hypnotiques et implacables. Il n’y a aucun gant blanc chez Endless Boogie, mais plutôt le bandeau noir des pirates terrifiants. Ce quatuor existe depuis une dizaine d’années et vient de Brooklyn, fondé par Paul Major, réputé pour être un des plus grands collectionneurs de disques de rock psychédélique au monde. Le groupe fait très peu de concerts, en général dans des bars. Le groupe semble surgi d’une époque primitive, quand tout était plus féroce, pur et fort. Des hommes des cavernes qui découvrent le feu électrique sans l’avoir encore apprivoisé ; l’adoration du feu tout en le craignant.

Grosso modo, ce groupe est une bonne décharge sonore, mais manque de ligne directrice. À écouter avec modération, car le chaos de la guitare électrique à l’intérieur de Full House Head est énormément étourdissant. Une chose est sûre, les rockeurs dans l’âme seront les derniers à se plaindre.

- Desc. : Blues-rock psychédélique stoner
- R.S.V.A. : Blues Control, Blue Cheer, La Otracina

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0