[]

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Angels of Darkness, Demons of Light 1

EARTH

Southern Lord

lundi 16 mai 2011, par Jeff Bugz

(4.5/5) Premier volet d’un album qui comptera au moins une suite, Angels of Darkness, Demons of Light se veut une suite sobre et logique aux impressionnants Hex : Or Printing In The Infernal Method (2005) et The Bees Made Honey In The Lion’s Skull (2008). Mis à part un peu de mouvement au sein du groupe, on dénote peu de changement.

L’indie rocker de K Records, Karl Blau, joint le groupe de Dylan Carlson en tenant la basse tandis que l’orgue du précédent album s’est vu remplacer par le violoncelle de Lori Goldston. Le changement ne marque rien de majeur dans le son de Earth si ce n’est un peu de sang frais. La lenteur des guitares, lourdes et froides, est toujours prédominante. Le côté spaghetti-western y est toujours, toutefois légèrement plus assombri.

Sur les cinq pièces, on ne se lasse ni des répétitions et de leur souci du détail, ni de l’évolution, aussi minime soit-elle. Chacune des notes de guitare de Carlson dresse les poils de votre corps, transpercé d’un intense frisson, agréable et lugubre à la fois. L’écoute d’Angels Of Darkness, Demons Of Light est encore plus profitable à haut volume (pas dans un iPod, mais dans un système de son haute fidélité si possible) afin d’y ressentir tous les détails du fin enregistrement et d’apprécier la réverbération et la vibration des basses sur votre corps. On est loin du lourd doom-drone métal de Sunn0)), mais les basses sont fort présentes dans le paysage d’Earth.

La surprise n‘est pas aussi grande qu’à la première écoute de Hex, mais chaque écoute additionnelle de cet album vous transperce l’âme et se greffe à celui-ci. Un album d’une forte mélancolie, mais pourtant sans tristesse, un autre grand album de Dylan Carlson sans équivoque.

- Desc. : Slowcore, doom-drone métal
- R.S.V.A. : Thisquietarmy, Jesu, Barn Owl

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0