[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > THE DOVES

Some Cities

THE DOVES

(Heavenly / EMI)

mercredi 17 mai 2006, par Nicolas Pelletier

Dès les premiers vers, on est projeté au Royaume Uni, gracieuseté de l’accent et du ton traînant de Jimi Goodwin, dans la lignée des Pulp, Supergrass et, jusqu’à un certain point, Radiohead. Les Doves sont originaires de Manchester, et ça parait ! Cet énergique trio s’en sort bien grâce à des airs assez faciles à suivre (Black & white town ou Walk in fire). Les guitares sont bien en évidence, mais jamais superflues. L’album, à mon sens, devient plus intéressant à partir du 3e titre, Almost forgot myself où l’ambiance est mieux travaillée, où d’agréables détails (comme les chœurs) enrichissent la base, déjà solide. À certains moments, les jumeaux multi-instrumentistes Jez et Andy Williams abusent un peu de la distorsion, mais tout rentre dans l’ordre ¬assez rapidement. Trois ans après The last broadcast, les Doves accouchent d’un solide album. Rien d’extraordinaire à première écoute, mais c’est le type d’album qui mérite une oreille attentive aux détails pour être pleinement apprécié. Une production moins lourde aurait certainement contribué à éclaircir certaines parties de chansons, mais dans l’ensemble, c’est un beau travail de fond. NP

- Desc. : Brit rock
- R.S.V.A. : Six.By Seven, Pulp, Supergrass

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0