[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > D > DRIFT, THE

Blue Hour

DRIFT, THE

Temporary Residence

jeudi 10 novembre 2011, par Nicolas Pelletier

(3/5) Ce groupe basé à San Francisco se spécialise dans un post-rock instrumental, assez énergique mais aussi aéré pour que l’auditeur puisse planer à souhait.

De petits interludes moins rock, comme Bardo I, d’à peine deux minutes, contribuent à la lévitation mentale, tout en permettant à The Drift de changer d’ambiance. Après la vaporeuse mais rythmée Dark Passage et l’interlude Bardo I, le rythme rock plus carré de Horizon confère à cette pièce un aspect presque rock commercial. Rassurez-vous, les guitares à effets de Danny Grody gardent le tout dans un "dreamy rock" pas du tout destiné au top 40. Il reste que ce nouvel album de The Drift est très facile d’accès : aucune dissonance bizarroïde ni ambiances rébarbatives ni agression sonore. Par moment, on dirait du U2 sans Bono, époque The Unforgettable Fire. La lente intro de The Skul Hand Smile / May You Fare Well vire presque dans la musique propice à la méditation tellement le groupe étire l’ambiance pour faire planer.

Il s’agit du 6e album pour The Drift (tous sous étiquette Temporary Residence) mais le premier depuis le décès de leur trompettiste Jeff Jacobs. Avec lui ont disparu le côté plus dub et les éléments jazz qu’on avait plus entendus sur les albums précédents. On peut d’ailleurs se demander si les trois membres restants du groupe, Rich Douthit (Halifax Pier), et les deux collègues de Tarentel et Moholy-Nagy, Danny Grody et Trevor Montgomery, n’ont pas voulu rendre une sorte d’hommage à leur ami emporté par le cancer avec cette musique méditative, relevant presque du mantra par occasion (Bardo II). Ce sera peut-être un peu décevant pour ceux et celles qui avaient adoré l’album précédent, « Memory Drawings », mais il faut se rappeler ici qu’on a affaire à une formation complètement différente suite à la perte de Jacobs qui y amenait un fort élément dub, complètement disparu ici.

Une musique faite pour habiller l’espace, qui peut par contre devenir un peu lassante lorsqu’écoutée trop attentivement. Idéalement, on fait autre chose pendant que The Drift s’amuse à faire divaguer notre subconscient.

- Desc. : post rock instrumental, musique de film
- R.S.V.A. : Mogwai, Esmerine, Below The Sea

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0