[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Kingdom Of Rust

DOVES

EMI/Astralwerks

samedi 31 octobre 2009, par Éric Dumais

(4/5) Après un succès tempéré suite à la sortie de leur album Some Cities, la formation Doves revient en force avec Kingdom Of Rust, un album aux fondations solides et aux rythmiques dignes d’un grand chef-d’œuvre musical.

Originaire de Wilmslow en Angleterre, la formation Doves débute sa carrière dès l’année 1998. Le groupe est composé de trois membres officiels, à savoir Jimi Goodwin (basse, chant, guitare acoustique), Jez Williams (batterie et chant) et Andy Williams (guitare et chant), sans oublier Martin Rebelski (clavier), qui n’est pas un membre officiel, mais qui est présent lors des tournées. Sans prétendre être les nouveaux Coldplay ou Elbow de ce monde, les Doves ont accumulé, à travers leur carrière musicale, beaucoup de succès, et leurs albums ont eu un grand retentissement auprès du public. Bénéficiant auparavant de quatre opus, à savoir Lost Souls (2000), The Last Broadcast (2002), Lost Side (2003) et Some Cities (2005), les trois musiciens anglais ont emmagasiné, par-ci, par-là, des provisions pour nourrir leurs fans assidument mais sûrement !

Kingdom Of Rust est un album, à première vue, étonnant, voire surprenant. D’emblée, la chanson Jetstream, en ouverture, nous convie à une expérience musicale sans précédent, à travers laquelle on sent une force, mais surtout une maturité vorace et déconcertante. Dès les premières notes de clavier, on comprend que la formation anglaise a innové et raffermit sa sonorité. La guitare est lourde mais rythmée, et la voix de Jimi nous transporte carrément dans l’au-delà. L’ambiance quelque peu mélancolique est ensuite transposée dans Kingdom Of Rust, la chanson éponyme de l’album. Également la meilleure pièce et l’emblème de l’EP paru en mars 2009, cette chanson offre guitare énergique, percussions légères mais rapides, sons au synthétiseur planants et atmosphériques, voix mielleuse d’une douceur affectée, bref, une symphonie délicieuse et agréable pour nos tympans ! Le reste de l’album est un peu moins percutant, quoique les fanatiques du genre sauront en apprécier les bienfaits. Pour ceux qui ont aimé leurs précédents succès tels que Pounding ou Black And White Town, vous serez ravis de reconnaître certains échos au travers de certaines compositions telles que The Outsiders, 10 : 03 ou House Of Mirrors.

Kingdom Of Rust est un opus haut en couleur qui risque de conquérir un public assez diversifié. Avis aux fans de rock alternatif : vous serez subjugués par la sensibilité qui découle de cet album. C’est une promesse !

- Desc. : Britpop, rock alternatif
- R.S.V.A. : Elbow, Coldplay, The Verve

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0