[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DO, THE

A Mouthful

DO, THE

Wagram

jeudi 2 décembre 2010, par Nicolas Pelletier

(4/5) Voici une étrange formation qu’on a peine à classer entre le folk explorateur, le ludique et l’indie tellement leur spectre musical est varié. Pour donner le ton, l’album ouvre avec Playground Hustle chanté par des enfants qui se révoltent contre les adultes. Les sifflets et jouets se mêlent à la batterie puis aux guitares à effets, jusqu’à ce que le tout prenne un angle presque punk.

The Do est un duo franco-finlandais composé de Dan Levy et Olivia B. Merilahti, deux artistes qui se sont rencontrés pour collaborer sur la musique du film L’Empire des loups en 2005. Lui fait la musique, elle, les paroles.

Les références se suivent et ne se ressemblent pas. On passe d’un titre rock sensuel à la PJ Harvey (la désespérée Aha ou Searching Gold, vaporeuse dans la veine du « White Chalk » de l’Anglaise) à un vieux rock à la Janis (le single At Last) que n’auraient pas renié les Delgados. Lorsque plus fous, c’est au duo The Books qu’ils font penser (le mantra Unissasi Laulelet qui allie chant en canon aux percussions indiennes !) ou à Pit Er Pat. La charmante Stay (just a little bit more) est plus classique dans sa forme alors que qu’Olivia s’accompagne à la mandoline jouée en sourdine, supportée par une mer de violons soyeux. Queen Dot Kong est une espèce de rap dynamique à la M.I.A. mais avec une belle variété mélodique : tuba, violons et orchestre de cirque accompagnent la chanteuse dans son délire, finissant par aboutir dans un groove près de Cat Empire avec une énergie à la Yeasayer. Ils y joignent un Coda instrumental groove. Comme vous vous en doutez, la belle mais petite voix de … est très versatile ! On y perçoit tour à tour sensibilité (la douce Song For Lovers), rage bordélique (In My Box) ou spleen (On My Shoulders, qui a été utilisé par une marque de papeterie dans ses spots télévisés en France). Cette fille ne chantera jamais d’opéra, mais elle a ce petit quelque chose qu’ont aussi les Cat Power, Feist et Jane Birkin.

The Do a le bon goût de varier ses arrangements pour donner une personnalité unique à chaque titre, ce qui est fort captivant. Ils approchent la composition de chaque chanson comme celle d’un court-métrage. L’auditeur attentif remarquera la balance parfaite entre les différents instruments que l’on entend tous très clairement parce que bien dosés. Dan Levy, guitariste, a écrit la plupart des chansons de ce groupe qui nous présente ici son tout premier album (hormis les trois bandes sonores de films sur lesquelles ils ont collaboré avant « A Mouthful »).

En clôture d’album : deux excellentes chansons, parmi mes préférées de l’année 2010 : Travel Light et Aha, dont les mélodies et les montées d’énergie sont simplement fabuleuses. Les versions « de chambre », c’est-à-dire plus classiques, de 3 titres ont été ajoutées en bonus, démontrant une fois pour toute la grande versatilité de The Do. Sorti en France il y a déjà deux ans, « A mouthful » prend un second souffle de ce côté de l’Atlantique.

- Desc. : indie rock folk
- R.S.V.A. : Blonde Redhead, PJ Harvey, CocoRosie

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0