[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

Accueil du site > Musique > D > DO MAKE SAY THINK

Winter Hymn Country Hymn Secret Hymn

DO MAKE SAY THINK

Constellation

mercredi 28 juillet 2004, par Arnaud Cordier

Reconnus avec Goodbye Enemy Airship, consacrés pour And Yet & Yet, les torontois n’auraient logiquement pas pu défoncer le plafond de nos espérances avec ce trio d’hymnes complémentaires. Winter Hymn Country Hymn Secret Hymn se plie en trois, s’écoute en trois étapes, ne fait qu’un en mémoire et il y restera pour longtemps. Si l’on devait porter l’attention sur un seul instrument, on citerait la guitare en proue du bateau. Un jeu qui obnubile d’un bout à l’autre la plupart des 9 compositions, accompagne, ouvre la voie plus souvent qu’autre chose, revient pour mieux faire repartir la dynamique, éclabousse par ses humeurs et variations. Mais DMST sait ne pas focaliser son énergie, sa verve sur un élément, tout est mouvement, enchaînement rythmique et intensité même lorsque les ponts entre les pièces principales s’entichent de miettes de cordes. Le chemin que tracent ces hymnes ne semble se concrétiser qu’à la seule décision de l’ensemble du groupe. Il est difficile de développer une transcription fidèle de cette musique instrumentale qui suggère autant d’états émotifs qu’il y de découvertes sur l’album. Les deux batteries, les trompettes et le saxophone élargissent la palette offerte, accroissent les montées fulgurantes à l’affût derrière l’harmonie presque silencieuse des guitares. Lorsque tous ( Frederica, Auberge le Mouton Noir, Outer Inner & Secret ) se mettent en branle, on ne peut que se sentir petit face au son qui envahit l’espace, chaque audition nous révélera des moments libres d’interprétations. Sur 107 Reasons Why, je me voyais visionner un film italien des années 50, sur Ontario Plates en train d’assister à un récital de fanfare au fond d’une salle obscure de l’hôtel de ville du coin. DMST stimule l’imaginaire et le torréfie de manière unique. D’ailleurs, retenez que pour mon oraison funèbre j’ai fait mon choix : Hooray ! Hooray ! Hooray !. Souvenez-vous de Soul and Onward, sur And Yet & Yet, on y entend une voix féminine qui hante la pensée comme le refrain d’une boîte à musique. Pour refermer ce livre qu’on voudrait sans fin, DMST à pris ses voix pour former un chœur sublime et furtif sur le plus beau morceau jamais écrit par le groupe. Le prochain hiver en campagne, rassemblez tous vos secrets et laissez-vous transporter par un des meilleurs albums de 2003.
- Desc : musique instrumentale ou presque.
- R.S.V.A. : GSYBE !, Tortoise, Do Make Say Think.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0