[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DIRTY PROJECTORS

No Intention + Bitte Orca (Expanded Edition)

DIRTY PROJECTORS

Domino

lundi 3 janvier 2011, par Olivier Boivin

(2.5/5) Probablement l’album le plus abouti jusqu’à maintenant pour le fondateur de Dirty Projectors, Dave Longstreth, après plusieurs albums très confus et en manque de bonheur. No intention, la pièce maîtresse de l’opus aux variations démesurées, apporte un peu de calme dans cette infâme tempête intérieure. La propulsion du groupe vers une notoriété débute concrètement en 2007 avec une réinterprétation (en mémoire) d’un album du groupe Black Flag. Puis, en 2008, Longstreth signe un contrat avec Domino pour un album sorti en 2009 intitulé Bitte Orca, qui se démarque auprès des nombreux artistes émergents de ce monde.

L’extension de l’édition sort en 2010 et la question qui tue est : était-ce vraiment nécessaire ? Le remix de Stillness Is The Move par Lucky Dragon est assez insupportable. Un certain chaos fort déplaisant s’impose et on a juste envie de s’arracher les poils d’oreille un à un, d’oublier notre sensibilité, qui, en réalité, devrait être cultivée. La meilleure pièce est Wave The Bloody Shirt, la plus électronique, avec un choeur en arrière qui fait des « ouh, ouh, ouh » avec harmonie. Il y a donc quelques moments intéressants à travers ce LP qui manque d’énergie. Les instruments classiques tels que le violon et la contrebasse sont joués avec brio et la voix de Dave Longstreth serait reconnaissable dans un jeu-questionnaire, ce qui n’est pas à négliger.

Somme toute, un album complexe, sans queue ni tête, qui ne devrait pas tomber sous la main des débutants. C’est comme si l’effort y était, mais que le résultat a comme simple but de satisfaire une minorité d’amateur.

- Desc. : Indie rock groovy
- R.S.V.A. : Deerhoof, ESG, Vampire Weekend

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0