[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DIGITALISM

I Love You, Dude

DIGITALISM

Downtown

lundi 21 novembre 2011, par Olivier Boivin

(4/5) Après le dernier EP, Blitz, nous présentant deux premiers extraits (Blitz et la sublime Stratosphere), il va sans dire que I Love You, Dude, le dernier album du duo électronique allemand Digitalism était fort attendu. Depuis la création de la formation en 2004, Jens Moelle (Jence) et Ismail Tüfekçi (Isi) nous transportent dans des capsules électroniques dignes des plus professionnels et influents par les temps qui courent.

Leurs rythmes, échantillonnages et choix vocaux sont inspirés de la French Touch et du rock anglais, ce qui apporte une manière de chanter vintage rappelant les 80’s, à la manière indie rock européen béton et explorateurs des Franz Ferdinand de ce monde. Mais il y a plus ! La combinaison des beats puissants technos et des chants à la London Callin’ (The Clash) changent du tout au tout, d’une pièce à l’autre. Tantôt s’apparentant à Foo Fighters (Forrest Gump) ou encore au chanteur de l’ex-formation montréalaise Mobile, l’espace d’une track intitulée Circles, c’est d’ailleurs la chanson qui sort du lot par son côté définitivement crinqué et entraînant. L’éventail sonore est très large. Les références vous semblent peut-être disparates car somme toute, c’est un album dense et varié.

Il est vrai qu’on ne réinvente pas la roue, mais il est surprenant de voir l’élasticité des directions choisies. Je m’explique. Certaines pièces semblent sorties d’un laboratoire industriel avec leurs rythmes effrénés et hypnotisants, ce sont des moments intenses et raides (Reeperbahn, Antibiotics). Néanmoins, on se permet une tournure plus pop sur Circles et 2 Hearts, qui, avouons-le, sonnent fortement kitsch, au grand plaisir des amateurs de style rétro ou electroclash.

- Desc. : Indie-électronique
- R.S.V.A. : Boys Noize, Bloody Beetroots, Daft Punk

*Digitalism fera certainement amuser et danser nos corps lors leur performance à la Société des arts technologiques (SAT) le mercredi 30 novembre 2011, accompagnés de Data Romance, dès 20h00.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0