[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > D > DIAMOND RINGS

Special Affections

DIAMOND RINGS

Secret City

mercredi 10 novembre 2010, par Nicolas Pelletier

(3.5/5) Ne vous laissez pas détromper par l’allure de Jon O’Regan sur la pochette de son premier album sous le nom Diamond Rings. Ce n’est pas la résurrection de Vanilla Ice à laquelle nous assistons ici, mais plutôt à la découverte d’un artiste capable de très bonnes chansons (On Our Own) et qui dispose d’une voix assez virile et rauque.

Moins virile est sa musique, souvent faite de vieux synthés très 1982 et de boîtes à rythmes rudimentaires. Parfois, O’Regan réussit à en tirer profit (You and Me) mais assez souvent, on en est à souhaiter des arrangements plus modernes, plus évolués (Wait and See). Mais l’essentiel, Diamond Rings l’a : O’Regan est un talentueux compositeur et un chanteur au-dessus de la moyenne qui rend chacune des dix chansons de “Special Affections” intéressante.

Le Torontois d’origine a un look particulier et aime jouer sur l’ambigüité. Haut de six pieds, il est pourtant manucuré et soigneusement coiffé. Bête de scène, il semble réservé dans la vie quotidienne si on se fie aux entrevues disponibles sur le web. Également leader du groupe pop-punk The D’Ubervilles, il avoue une admiration sans bornes aux auteurs canadiens que sont Leonard Cohen et Gordon Lightfoot, mais précise du même soufflé qu’il n’aime pas du tout leur musique, la trouvant pas assez énergique et dansable.

Moins mélancolique que JJ Johansson, moins rock que les Fictionist, mais aussi particulier et mélodique que ces deux artistes pourtant très différents, Diamond Rings est un curieux – mais efficace – mélange des genres.

- Desc. : Électro pop 80
- R.S.V.A. : Depeche Mode, Future Island, Human League

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0