[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DES ARK

Don’t Rock the Boat, Sink the Fucker

DES ARK

Lovitt

dimanche 22 janvier 2012, par Nicolas Pelletier

(3/5) Ne vous fiez pas au titre de cet album, la musique qu’on y trouve n’est pas si brutale qu’il laisse présager. Des Ark est avant tout l’œuvre d’une seule personne, Aimée Argote, une jolie brunette installée à Philadelphie depuis environ un an.

Sa musique est assez souvent acoustique (My Saddle Is Waitin’ (c’mon jump on it)) et le chant de Mlle Argote est à la fois émotif et chambranlant comme celui d’Eleni Mandell (Girls Get Ruff), et charmant comme celui de Cat Power, comme sur Bonne Chance Asshole, un morceau tout en intimité, presque murmuré, avant que les guitares grunge ne prennent d’assaut nos oreilles. Les mélodies ne sont pas aussi clairement définies que nous l’aurions souhaité, pas aussi accrocheuses pour qu’on crie au génie.

Malgré cela, certains passages sont magiques, jouant dans les eaux d’Aimee Mann, PJ Harvey ou peut-être plus Abbe May (Ashley’s Song) mais ce sont de courts instants, étalés ici et là. La meilleure poussée arrive au 5e morceau quand ils explosent sur FTW Y’all !!!, probablement l’air le plus efficace du lot. On tape du pied, on swingue, on se rappelle certains moments des Pixies ou de Belly.

Le second album de Des Ark s’est concrétisé en deux temps. D’abord en solo, alors qu’Aimée Argote a enregistré certains titres seule, puis aux côtés du guitariste Noah Howard et du batteur Ashley Arnwine en format trio, à Salem, Mass., sous la gouverne du guitariste de Converge, Kurt Ballou. Plus populaire en Europe, elle vient de terminer une grande tournée en Allemagne, en France et en Italie, fin 2011. Au final, on a un bel effort, assez diversifié, définitivement passionné, mais manquant peut-être un peu de mélodies gagnantes.

- Desc. : Folk pop
- R.S.V.A. : Abbe May, Feist, Aimee Mann

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0