[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Musique > D > DEERHUNTER

Halcyon Digest

DEERHUNTER

4AD

lundi 20 décembre 2010, par Éric Dumais

(3.5/5) Clap clap clap ! Applaudir, c’est probablement le premier réflexe que vous aurez à l’écoute de Halcyon Digest. Et comment faire autrement lorsque nous avons dans les mains un pur délice musical, voire un moment d’une forte intensité comme celui-ci ? Les Deerhunter, de fait, carburent à pleins gaz sur cette nouvelle galette, où mélancolie et pop rêveuse se rencontrent pour le meilleur et pour le pire.

Halcyon Digest semble être calqué sur le même canevas qu’ont utilisé des formations pop-rock telles que Velvet Underground ou The Dandy Warhols, leur frère de sang. Le chant de Bradford Cox est vaporeux et nous replonge sans cesse dans l’univers onirique de son autre projet, Atlas Sound. D’ailleurs, si vous avez apprécié son dernier bijou, Logos (2009), vous aimerez à coup sûr cette dernière parution des Deerhunter, car ils ont quand même conservé la douceur de leurs mélodies, tout en conservant chèrement leur mini influence noise et shoegaze. Un délice, sans farce.

L’album présente des variations fort intéressantes qui nous permettent de savourer les diverses chansons sous un angle différent. Earthquake !, en introduction, commence à pas feutrés avec une ambiance cosmique qui relève du divin. Les ambiances sonores sont légères, presque mesurées au compte-goutte, et la voix de Cox frappe la cadence toujours au bon moment, sans jamais offrir une note trop courte ou trop longue. « Marvelous » ! La meilleure pièce, Don’t Cry, présente les Deerhunter sous leur meilleur jour, avec une rythmique pop vaporeuse digne des meilleurs « road movies » de ce monde. La « vibe » est tellement intense que l’on a le goût de rabattre le toit ouvrant de notre voiture décapotable afin de profiter à fond de l’énergie dévastatrice que nous offre cette chanson. À la toute fin de l’album, la pièce He Would Have Laughed s’avère un très bel hommage en douceur pour l’artiste Jay Reatard, décédé un peu plus tôt cette année. Que de nostalgie !

À écouter au plus vite si vous êtes un admirateur de Bradford Cox et un disciple de sa voix ensorcelante.

- Desc. : Pop shoegaze
- R.S.V.A. : Spacemen 3, Lotus Plaza, Animal Collective

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0