[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DARCYS, THE

Aja

DARCYS, THE

Arts & Crafts

mercredi 22 février 2012, par Nicolas Pelletier

(4.5/5) Excellent rock à la fois émotif, cérébral et imagé de la part de ce band de Toronto. Avec de solides guitares, une voix teintée de spleen, des chœurs envoutants et des montées d’intensité imposantes, les Darcys ont retenu ce que nous aimions le plus chez Radiohead, Shearwater, Surface of Atlantic et Interpol.

Le chanteur Jason Couse n’a pas la voix de Thom Yorke mais n’a pas à être complexé pour autant ! Il a l’habileté de dominer une pièce grâce à l’émotion qu’il fait passer et le bon goût d’utiliser plusieurs pistes aux bons endroits (La pièce titre Aja). Sa voix s’approche peut-être plus de celle d’Alexandre Désilets, mais la musique des Darcys est beaucoup plus rock, à la Karkwa ou Raised by Swans. Le travail des guitaristes est impressionnant. Non seulement ils créent des ambiances variées d’une pièce à l’autre, se permettant de généreux instrumentaux, mais leur jeu est versatile. On y entend même des solos (de bon goût !), ce qui est rarissime dans le moule « indie rock ». À l’instar de Led Zep avec John Paul Jones, The Darcys peuvent également créer de belles choses en mettant de l’avant le clavier plutôt que les six cordes, comme en témoigne la toute dernière pièce du microsillon, Josie, sur laquelle voix et orgue prennent toute la place, majestueusement. Ceci dit, ce qu’on aime surtout chez The Darcys est l’intensité des guitares, leur punch dynamique mais subtil, la qualité des mélodies et les courbes d’intensité (Black Cow) qui donnent le vertige.

Les pièces de leur second album dépassent régulièrement les six minutes, atteignant même neuf minutes à quelques occasions. Ces musiciens prennent le temps de jouer chaque note, chaque passage, y insufflant intensité et délicatesse à la fois. Du très beau travail.

Le parcours de cette formation torontoise n’a pas été facile. Wes Marskell (batteur) et Jason Couse (guitare et chant) deux amis d’Etobicoke jouent ensemble depuis l’adolescence. Ils déménagent à Halifax où ils rencontrent le bassiste Dave Hurlow et le chanteur Kirby Best. Ensemble, ils produisent un album, Endless Water (2007) qualifié de « post rock ». De retour à Toronto, ils adoptent un nouveau membre, Michael le Riche, un guitariste unique qui créé ses propres pédales d’effets !

Au cours des dernières années, alors qu’ils se produisaient dans de petites salles un peu partout au pays, leur bus a dérapé sur une plaque de glace, ils se sont fait voler leur équipement, puis menacer au couteau... Alors qu’ils étaient sur le point de finaliser cet album, leur chanteur Kirby Best donna sa démission, forçant le guitariste Couse à saisir le micro. Bref, voilà des gars persévérants et talentueux que vous devez découvrir au plus vite.

- Desc. : Rock émotif
- R.S.V.A. : The Dears, Surface of Atlantic, Radiohead

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0