[] [] [] [] [] []

SALON DU DISQUE ET DES ARTS UNDERGROUND DE MONTRÉAL

Accueil du site > Musique > D > DANIELL & McCOMBS, DOUGLAS

Versions

DANIELL & McCOMBS, DOUGLAS

Thrill Jockey

mardi 30 octobre 2012, par Bastien Léger

(3.5/5) David Daniell & Douglas McCombs (Membre du groupe Tortoise) proposent une suite à leur précédent album Sycamore sorti en 2009. Versions est uniquement disponible en vinyle et est en fait un double LP dont la face D a été enregistrée au festival Sous La Neige/Under The Snow à Montréal. Leur musique est dans la droite lignée d’un rock expérimental nourri d’une grande partie improvisée. Il est a noté que la pochette de ce double LP est très belle et à la fois énigmatique malgré son caractère mortifère. A chacun d’en comprendre la symbolique proposée.

Commençons par le premier LP constitué de 4 morceaux. Le premier morceau « Burn After Reading » fait la part belle aux guitares saturées. Ajoutées à une rythmique non linéaire intéressante, l’atmosphère au cours de ces 12 min de musique rock expérimentale s’en retrouve assez planante avec une part de déstructuration maîtrisée. Cette ambiance retombe quelque peu au milieu du morceau. En effet, un caractère répétitif avec des sons trafiqués dans une ambiance calme laisserait à penser que l’on serait à la fin d’un concert où les zicos auraient quitté la scène avec les instruments toujours sous tension… On enchaîne avec « Rialto » qui débute avec un caractère assez lancinant et planant également. Cependant, un changement de rythmique inattendu intervient au milieu du morceau qui casse un peu tout… Mais la fin n’en reste pas moins intéressante avec des harmonies complexes et une mélodie apparente sympa en plus d’une tension permanente distillé tout au long du morceau. « 30265 » est intéressant pour son utilisation peu classique de la guitare qui laisse à penser à des mix parfois. L’originalité réside dans une sonorité country entêtante mais le côté expérimental prenant le dessus sur tout, un sentiment de non finition nous laisse un peu sur notre faim… « Ley Lines » est le meilleur morceau de ce premier LP. Une superposition de sons peu définis avec une rythmique (percu + batterie) au timbre plus clair est très prenante. Une cassure de rythme intervient également pour laisser place à des consonances trip hop où on se demande si Serge Gainsbourg ne serait pas passer par là avec son album La Ballade de Melody Nelson. Le deuxième LP, prise live, est extrêmement intéressant. « Knoxville », sur une rythmique lente et une note permanente en fond sonore, laisse place à une montée en tension dont on attend l’apothéose mais qui n’arrive pas de manière si extravertie et puissante qu’attendue.. « Montréal » est encore plus expérimental avec une sonorité type années 70 bien mise en avant. Le final (Orgue, synthé ?) distille quelque chose de mystique comme si une résurrection avait lieu. Surprenant…

Au final, ce double LP est extrêmement intéressant pour son caractère rock expérimental avec un gros travail sur le son et la manière de le modifier pour proposer des ambiances planantes et même parfois oppressantes. Peut-être moins accessible que Tortoise (mais dont on sent l’influence néanmoins), ces morceaux prendront encore plus d’ampleur en live de par l’improvisation permanente proposée, source d’enrichissement et de nouveautés à chaque instant.

- Desc. : Avant-garde, post-rock atmosphérique
- R.S.V.A. : Earth, Plankton Wat, Asuza Plane

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0