[]

Monogamies - Comment une chanteuse country a fucké ma vie sexuelle

La vie sous-marine de Sharko à découvrir.

SHARKO

jeudi 28 février 2008, par Jeff Bugz

Le groupe Sharko a été fondé en 1997 par David Bartholomé, leader et compositeur principal de cette formation belge. Sharko sera de passage pour la première fois en sol canadien pour nous offrir en concert les pièces du plus récent album, Molecule. Ce quatrième disque marquera leurs débuts en sol américain avec un rock accrocheur bien solide. Les pièces très mélodiques de cet album séduiront facilement le peuple québécois. Le concert aura lieu au Divan Orange le vendredi 7 mars. Nous nous sommes entretenus avec David, question de mieux connaître Sharko.

Comment le groupe fut créé et d’où provient ce nom ?


En 97. J’ai commencé seul avec une guitare acoustique. Sharko : aucune
 explication rationnelle. Juste le nom d’un vilain dans un épisode de
Columbo. C’est pas glamour, je sais ! 
 
 Est-ce que votre concert à Montréal sera votre première visite
 en sol canadien ?


Oui. Première fois qu’on va enfin comprendre les origines de Céline, Garou
et Roch Voisine. Nan, je rigole. Le pays de Bryan Adams et Arcade Fire, hein !
 Oui donc. Première fois !


David compose tous les morceaux, est-ce le projet d’un seul homme qui
s’accompagne de musiciens ou les musiciens ont un espace aussi créatif ?


C’est clairement un groupe. Teuk est très créatif dans ses parties de guitares, 
Julien est très investi dans le son et les directions de production du groupe.


Est-ce que le marché américain (USA/Canada) intéresse Sharko ? Avez-vous eu
 des offres, une sortie prochaine ?


Oui. Mais le marché est ce qu’il est. Il faut vraiment proposer une couleur
 originale. Sinon, localement, les 3000 groupes qui proposent la même chose au
même moment auront le dessus. C’est absolument inutile de penser qu’on
aurait une place à prendre à moins d’être original.


Comme vous êtes à la base des francophones, pourquoi avoir choisi de 
s’exprimer en anglais ? Aurons-nous la chance de vous entendre en français,
 que ce soit pour une seule chanson ?


Non, le français, je laisse ça à Garou et Michel Sardou. Ma culture rock,
 c’est l’anglais, c’est Nirvana, Beatles et tous les groupes rock US et
anglais. Quand j’ai pris ma première guitare, j’ai immédiatement chanté « Oh
babe, come on... ». Je n’ai pas chanté « Sophie, viens me faire un bisou ». Vous voyez ?


Jouez-vous des reprises à l’occasion en concert ? 


On aime inclure des reprises improvisées dans nos morceaux. Une vieille
 chanson irlandaise par ci, une vieille chanson de Blur, une vieille chanson
d’Eminem. Ce ne sont pas des vraies reprises.


Sur Molecule, la plupart des chansons ne dépassent pas trois minutes (en majorité). Est-ce pour ne pas trop se répéter ou le fruit du hasard ?


Pourquoi faire long quand on a l’impression que tout est dit en trois minutes ?
 Pour rajouter un solo de guitare, pour satisfaire l’égo de notre guitariste ? 
Il n’a pas envie ni besoin de ça.


D’où vient le titre Molecule, que l’on peut entendre dans la superbe pièce
 Sweet Protection ?


C’est une maman qui parle à son fils. Qui lui dit que dans le pire des cas,
 il existera toujours une molécule pour le remonter à la surface quand il 
sera « down ». L’alcool, l’océan, les médicaments, la drogue, l’amour...


La Belgique semble avoir une scène grandissante et de plus intéressante.
 On pense à Flexa Lyndo, Girls in Hawaii. Que pensez-vous de cette scène, qui
 sont vos favoris ?


Nos favoris sont un groupe qui s’appelle « Je suis belle et gracieuse ». Peu 
connu mais très émouvant.
 
 Est-ce difficile de vivre de sa musique en Belgique ? Devez-vous garder vos emplois réguliers ?


On vit de notre musique. C’est-à-dire qu’on mange des pâtes souvent et qu’on
s’habille au magasin de récup.


De quoi parlent vos chansons ?

Nostalgie. Espoir. Dépression. Courage. Humour. Cynisme.
 
 Où s’en va la musique, selon vous, dans le futur rapproché ? Avec l’industrie
du disque en baisse, avez-vous une idée où vous diriger, avez-vous une vision ?

Ma vision est que la musique telle que nous la connaissons est en train de
s’éteindre.

Merci !

P.-S.

Pour extrait sonore visiter le : www.myspace.com/sharkobelgium

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0