[] [] [] [] [] []

Les Criquets Crinqués (CISM 89,3 FM)

Accueil du site > Entrevues > Only Crime

Fidèle au poste

Only Crime

vendredi 24 septembre 2004, par Alexis Charlebois-Laurin

Quand on regarde le flot de nouveaux groupes pop punk qui apparaissent à chaque semaine et qui laissent à désirer ou qui ne représentent tout simplement pas ce que le punk rock veut dire pour nous, il est bon de voir apparaître un groupe comme Only Crime. Composé entre autre de Russ Rankin (Good Riddance, Creep Division), Aron Dalbec (Bane, Converge) et Bill Stevenson (Descendents, ALL, Black Flag), ce groupe à un line up assez solide pour nous donner pleine confiance en eux. Si vous n’êtes pas excités par une formation regroupant de tels membres, c’est soit parce que vous êtes passés à côté de votre adolescence et que vous ne savez pas ce que leurs groupes précédents représentent ou parce que vous êtes un fan de pseudo-électronique distortionné. Puis, si vous n’avez pas encore porté attention à ce groupe, vous devriez. L’entrevue a eu lieu sous la pluie lors du Warped Tour de cette année avec Russ Rankin et Zach Blair respectivement chanteur et guitariste du groupe. Rencontrer Russ Rankin était un rêve devenu réalité pour moi. J’espère que vous aimerez.

Est-ce que Good Riddance est mort ou ce n’est juste plus un projet à temps plein ?

Russ : Ce n’est plus un projet à temps plein. Mais nous allons encore jouer.

Qu’est-ce qui arrive avec les autres membres ?

Russ : Luke a un autre groupe nommé Out Lie et Chuck travaille à temps plein pour Bell Sport. Il est représentant en marketing. David joue du drum dans Paint It Black et None More Black et il est gérant de label pour Jade Tree.

Est-ce qu’il y a un concept derrière le nom du groupe ? Est-ce que vous avez une quelconque passion pour le crime organisé ? Parce qu’on voit des images d’empreintes digitales dans la pochette et ce genre de choses.

Zach : Pour être honnête avec toi, dans le groupe nous avons des personnalités tellement différentes et nous venons de régions très différentes. Ça nous a vraiment pris beaucoup de temps pour trouver un nom. Au début, tout le monde essayait de nous aider à trouver un nom et un de nos amis (ndlr : cette personne est Pete Chilton, bassiste de Bane) est arrivé avec Any Crime. Dès le début, nous voulions un nom qui n’impliquait aucune idée joyeuse. Tu vois. Nous ne voulions pas que ça veuille vraiment dire quelque chose. Nous voulions une image négative. Pas trop négative mais... parce que la musique, pour moi, quand tu écoutes notre album, n’est pas quelque chose qui va te rendre joyeux. Nous voulions un nom qui reflétait un peu ça. Alors il a dit Any Crime et c’était le premier nom où nous étions tous « OK, ça pourrait être cool » et il a dit « Non, non, non Only Crime ! ». Nous étions tous d’accord pour dire que c’était encore mieux. Je pense que c’est assez vague pour que tout le monde puisse avoir sa propre perception de ce que ça veut dire. Ce n’est pas noir et blanc.

Russ : Nous voulions quelque chose de simple, pas plus de deux mots. Quelque chose de facile à se rappeler.

Et le titre de l’album, « To the Nines ». Qui sont ces neufs ?

Russ : Non, « to the nines » c’est juste une expression en anglais, c’est comme... on ne l’utilise plus beaucoup aujourd’hui mais si tu t’habilles propre pour aller quelque part, tu t’habilles « to the nines ».

Désolé pour cette question.

Russ : En fait, ça n’a rien à voir avec la chanson. Ça a été nommé ainsi après. Nous pensions que ça sonnait bien.

Zach : En tant que groupe, je dirais que la façon dont nous faisons les choses c’est tout ou rien. Je pense que nous pouvons percevoir ça comme ça aussi. Nous faisons parfaitement ou pas du tout.

Russ : Jusqu’au bout ou pas du tout.

Cela m’amène à ma prochaine question. Vous aviez tous des groupes auparavant. Que ce soit Good Riddance ,Bane, Converge, Descendents... Avec un line up comme celui là, avez vous vraiment de grandes ambitions ? Est-ce juste pour le plaisir ? Est-ce que c’est quelque chose que vous voulez mener loin ?

Zach : Nous voulons amener ce groupe aussi loin que ça puisse aller, c’est définitif. Le fait que nous ayons d’autres groupes aussi... certains de nos autres groupes en sont arrivés à un point où ils ne sont plus aussi actifs. Alors nous voulions faire quelque chose. Nous voulons amener ce projet au plus haut niveau que ce groupe peut éventuellement atteindre.

Comment c’est d’aller sur scène et d’avoir des membres de quelques-uns uns des groupes les plus influents de la scène punk/hardcore ? Comment c’est d’avoir une formation comme celle-là ? Parce que vous êtes pas mal un all stars band. Est-ce que c’est ce que vous vouliez ou vous êtes juste une gang d’amis ?

Russ : Pour moi, au point où nous en sommes, je ne pense plus à ça. C’est mon groupe. Je connais tout le monde dans le groupe depuis au moins un an. Je connais Bill depuis 1999, je connais Aron depuis 2002, je connais Zach depuis la fin des années 90. Parfois quand on joue je me dis « C’est le drummer de Black Flag » et je me sens un peu bizarre. Mais de plus en plus je me dis « Oh, c’est Billy. Il est notre drummer. » Quand nous avons formé le groupe, nous savions que tout le monde pouvait très bien jouer. La plus grande surprise pour moi à été à quel point tout le monde s’est bien entendu, est devenu ami. Tu dois penser à ça en tant que groupe parce que nous nous tenons ensemble. Nous nous entendons tous bien. Ce n’est pas juste de tous être bons et d’aller au show et jouer.

Zach : Mes deux groupes préférés sont Descendents et Black Flag tu comprends. Alors parfois je me retourne et je me dis « Oh man ! ».

Comment c’est d’être dans un groupe avec des membres qui viennent de régions si différentes ? Vous avez des membres qui viennent de Californie, Massachusetts, Colorado, Texas, alors comment c’est de pratiquer dans ces conditions ?

Russ : Nous pratiquons avant d’aller en tournée. Parfois nous nous rassemblons pendant une semaine et jouons six, huit, dix heures par jour. Nous nous donnons vraiment à fond. Mais tout le monde... mes craintes au début était de savoir si nous allions être assez dévoués. Tout le monde est capable de jouer à un niveau élevé et peut pratiquer. Quelques jours avant que j’aille rencontrer les autres gars j’écoute le CD et je chante par-dessus pour mettre ma voix en forme et j’apprends toutes les paroles avant qu’on se rencontre. Tout le monde à sa partie à faire et quand on se rencontre c’est comme si on avait pratiqué. Ça n’a pas vraiment été un problème.

Quand le groupe s’est-il vraiment formé ? Je crois que c’est quand Good Riddance a fait une tournée avec Bane en 2002.

Russ : J’avais commencé à penser à partir ce groupe parce que je jouais avec les même gars dans Good Riddance depuis douze ans. Il était évident que les choses allaient commencer à ralentir et je voulais continuer à faire des tournées. Je voulais voir comment ça serait d’être dans un groupe avec des gars différents. Alors je voulais partir un autre groupe mais je n’avais aucune idée comment le faire. Je n’avais jamais fait ça avant. Alors j’ai commencé à parler à Aron et nous ne faisions que parler de musique et un jour je lui ai dit « Man, nous devons partir un groupe ensemble » et il a dit « Oui, nous devrions ». C’est pas mal comme ça que ça a commencé.

Juste une question rapide. Vous êtes sur Fat Wreck Chords, est-ce que c’était une évidence que vous alliez vous retrouver sur ce label parce que c’était celui de Good Riddance et que vous connaissiez Fat Mike ? Est-ce que Russ était encore lié par un quelconque contrat à Fat Wreck Chords ?

Russ : Non, ce qui est arrivé c’est que quand le mot a commencé à passer à propos de ce groupe plusieurs labels étaient intéressés et nous appelaient et Mark à FAT m’a écrit et a dit « Hey, assurez-vous que nous allons avoir vos premières chansons, ça a l’air cool ». Alors FAT a toujours été dans le décor en tant que label intéressé à cause de la relation que j’ai avec FAT depuis dix ans avec Good Riddance. Zach et Donnie ont fait les trucs de Hagfish avec eux alors la relation est tellement longue et je sais que c’est un bon label, je m’entends bien avec les gens qui travaillent là. Nous savions qu’avec une autre étiquette nous prendrions un risque puisque nous n’aurions connu personne et nous n’aurions rien su à propos d’eux. Nous savions que FAT est une bonne étiquette. FAT a toujours été un label sur lequel nous aurions aimé être.

Zach : Nous leur faisons confiance. Ces gens là sont nos amis tu sais, on ne les appelle pas seulement pour des questions d’affaires. Nous les appelons juste pour déconner et pour jaser.

Vous êtes sur la compilation Rock Against Bush Volume 2. Savez-vous exactement où va l’argent recueilli avec cette compilation ?

Zach : Je crois que ça va à Punkvoter.com et aux diverses organisations qui sont contre George Bush. Mike fait campagne à travers la planète... il essaie de faire en sorte que chaque Américain qui est assez vieux et qui écoute n’importe qu’elle sorte de punk rock vote contre George W. Bush. Je suis pas mal certain que l’argent va à ça. Il y a un kiosque à chaque arrêt du Warped Tour aux États-Unis pour faire signer les jeunes. C’est une très bonne chose. Il y a aussi l’armée et la US Navy qui essaient aussi de recruter des jeunes.

Oui je sais le gars de The (International) Noise Conspiracy m’a dit ça tantôt. Je lui ai aussi posé la même question que je vais vous pose : Que pensez-vous de Conservativepunk.com ? Vous avez Punkvoter.com et puis quelqu’un met sur pied Conservativepunk.com. Qu’est-ce que vous pensez de ça ?

Zach : Je ne sais pas trop de choses à propos de ça. Pas assez pour me prononcer. Tu sais, qu’est-ce que tu peux dire à propos de ça ?

Russ : Je pense que c’est correct d’avoir ça. S’il y a un groupe de personne qui va représenter la gauche il devrait y avoir opposition. Il devrait y avoir un forum pour que tout le monde ait le droit de dire ce qu’il veut dire. Conservativepunk.com... je veux dire, si les gens pensent que c’est valide et qu’ils ont quelque chose à dire, ils devraient se voir donner le même forum que ce qui entoure Rock Against Bush. Même si je ne suis pas d’accord avec ça je crois qu’ils devraient avoir le droit d’être là.


« Parce que simplement voter pour le gars qui n’est pas Bush n’est pas une solution pour moi parce que le gars qui n’est pas Bush, dans ce cas ci, il est Bush. »


Qu’est-ce que vous pensez qui va arriver si Bush est réélu en novembre ?

Russ : Je déménage au Canada.

Zach : Oui nous allons déménager au Canada. Tu sais... Prends le comme ça, je ne peux même pas parler de ça, j’essaie de seulement voir le positif comme si le gars est désastreux jusqu’en novembre. Parce que ça me stresse vraiment de penser qu’il sera peut-être réélu. Alors même les remarques à propos de ça me font penser que... tu sais c’est comme un mauvais karma, de la malchance alors je ne veux même pas en parler. J’espère de tout mon cœur que ça n’arrivera pas. Si ça arrive le fossé se creusera encore plus pour un autre quatre ans.

Russ : Nous avons de plus gros problèmes en Amérique électoralement que George Bush lui-même selon mon opinion. La façon dont notre système fonctionne, la façon dont nos élections sont régulées, la façon dont les médias observent les gens riches. Alors si George Bush est toujours président après novembre je crois que nous l’aurons mérité et nous aurons besoin de nous organiser en conséquence. Parce que simplement voter pour le gars qui n’est pas Bush n’est pas une solution pour moi parce que le gars qui n’est pas Bush, dans ce cas ci, il est Bush. Il va envoyer plus de troupes en Irak, il est contre les mariages gais, il ne fera rien à propos de la santé. Alors il n’y a vraiment pas de différence selon mon opinion. Selon moi nous devons avoir un troisième, quatrième, cinquième, sixième parti qui sera représenté dans la presse, dans l’opinion publique. Dans une société libre, tous les gens qui sont sur la liste de vote devraient être représentés de façon égale. Nous avons présentement un système qui place les deux partis les plus riches sous les réflecteurs et plus de la moitié de nous en Amérique ne votons même pas. Alors pour moi c’est un problème beaucoup plus grand que George Bush. En Amérique, tant que notre système, nos élections... alors j’espère que les gens vont voter, que plus de gens vont voter. Je ne me soucie pas tant que ça pour qui les gens vont voter mais j’espère que les gens vont voter. Plus les gens vont s’impliquer plus nous allons voir le réel désir des gens et pas seulement le désir des gens les plus riches.

Sur votre album il semble y avoir plusieurs chansons qui parlent du fait que vous avez maturé et réalisé des choses dans la vie. Quand tu chantais pour Good Riddance les paroles étaient plus conscientisées socialement et tu sembles parler un peu moins de ça et plus de ce que tu as appris au cours des années. Dans ta vie personnelle peut-être.

Russ : Oui, c’est définitivement vrai. Une autre chose est que j’aimerais croire c’est, qu’au cours des années avec Good Riddance, je me suis amélioré dans l’écriture de mes chansons. Mais aussi j’ai eu l’occasion de prendre du recul et de regarder ça et de me dire « OK, je vais faire ce nouveau projet, est-ce que je veux continuer à faire la même chose ou est-ce que je veux faire quelque chose de différent ». Ce que j’ai trouvé, c’est que les paroles de Good Riddance étaient très « dans ta face »... dans le sens où c’est ce dont les chansons parlent et il n’y a pas d’autres façons de voir ça. Et j’ai commencé à penser à tous les auteurs de chansons que j’admire et qui m’inspirent vraiment et ils étaient tous pas mal plus métaphoriques, ont pouvait plus interpréter leurs paroles. Tu peux lire certaines paroles le lundi et les voir d’une façon différente le mercredi. Parce que ta vie est différente, tes relations sont différentes, la façon dont tu te sens dans la vie est différente. Je pense qu’avec Only Crime les paroles sont beaucoup plus ouvertes à l’interprétation. Le sujet des chansons n’est pas aussi précis. Bien que nous ayons des chansons qui soient à propos du système de santé et de l’environnement, elles ne le disent pas explicitement. Elles sont là si tu veux les voir mais tu peux aussi y voir d’autres choses si tu veux. Pour moi c’était de rester avec une approche comme ça pour Only Crime.

Qu’est-ce que tu penses qui va arriver s’il n’y a pas de hockey la saison prochaine ?

Russ : Man (découragé)... je vais devoir regarder l’AHL.

Est-ce que tu penses qu’on va voir apparaître la World Hockey Association ?

Je ne sais pas. Ça a l’air broche à foin. J’en ai entendu parler mais ça a l’air pas mal tout croche. On dirait qu’ils vont vendre des billets puis disparaître avec l’argent.

Lors de votre tournée avec Bane en 2002, José Théodore est venu jouer avec vous sur scène. Comment l’as-tu rencontré ?

Russ : Je l’ai rencontré ici en 2000 au Warped Tour quand Good Riddance a joué. Je portais un chandail des Canadiens et je sortais du stage et il était sur scène et il m’a dit « Hey, tu aimes les Canadiens. Je suis leur gardien de but » et je lui ai dit « Je sais. Je sais qui tu es ». Nous avons parlé un peu et avons gardé contact. Il nous avait des billets pour des parties. Toutes les fois que je viens à Montréal on se voit. Je ne sais pas s’il est là aujourd’hui, je vais essayer de l’appeler.

Il vient d’être nommé gardien de but pour l’équipe du Canada à la Coupe du Monde parce que Belfour est blessé.

Russ : Oh yeah ! Il va jouer.

Ça va être Théodore, Brodeur et un autre dont...

Russ : Tu sais, ils vont perdre contre les États-Unis.

Je ne pense pas.

Russ : Oui.

Zach : Dans notre autobus de tournée moi et mon frère parlons de nos musiciens favoris et des gars dans les groupes et Russ est comme ça avec les joueurs de hockey. Il sait qui et en qu’elle année à fait quoi et connaît tous leurs noms. Il est très drôle.

Russ : J’espère que Niedermeyer et Brodeur auront un bon tournoi mais je pense que les États-Unis vont gagner.

OK, c’est peut-être un peu commun comme question mais qu’est-ce que vous pensez du Warped Tour ? De tout ce cirque. Est-ce que c’est vraiment bon pour la promotion des groupes ?

Zach : C’est bon pour la promotion, je ne pense pas que c’est bon pour... c’est dur de répondre à cette question.

Russ : Je peux répondre. J’aime le Warped Tour et le déteste en même temps. Parce que pour moi c’est très commercial. Ça n’a rien à voir avec le punk, le punk que j’ai connu en grandissant. Mais je suis vieux tu sais. Comme tu l’as dis aux États-Unis il y a un kiosque des Marines au Warped Tour et pour moi c’est juste mal. Mais je ne prends pas les décisions. Pour notre groupe c’est cool de faire partie du Warped Tour parce que nous sommes un nouveau groupe et les gens entendent parler de notre groupe. L’autre chose c’est que tu vois tellement de groupes différents qui jouent des styles de musique différents en une journée. Pour moi d’avoir la chance d’aller voir un groupe jouer pour une demi-heure et de les rencontrer ensuite pour voir qui ils sont c’est bien. Ou de reprendre contact avec eux. Comme The Bouncing Souls, je ne vois plus vraiment beaucoup The Bouncing Souls. Maintenant je les vois et je leur parle à tous les jours. Reprendre contact avec des veux amis c’est cool.

Mais pensez-vous qu’il y a trop de groupes ? Il y a quelque chose comme trois groupes qui jouent en même temps.

Russ : C’est écrasant.

Zach : Pour moi, au niveau musical certains groupes se qualifient comme étant punk rock et ça ne serait pas si pire mais... tu sais quand je pense au punk rock je pense à Black Flag à Fear c’est ça du punk rock pour moi. Tu viens ici et tu vois tellement de groupes qui se qualifient de punk rock et... tu sais.

Tu peux nommer des noms si tu veux.

Zach : Oh non, je ne peux pas faire ça. Mais tu peux imaginer de qui je parle. Mais il y a encore quelques bons groupes qui sont de vrais groupes de punk rock.

Comment c’est de voir la scène lorsqu’on vieillit ? Vous êtes dans la trentaine et une bonne partie de la foule à environ la moitié de votre âge. Est-ce que c’est encore amusant pour vous d’être impliqués dans ce mouvement ? Y voyez-vous encore les mêmes raisons ?

Zach : Je pense qu’en général c’est l’amour initial pour cette musique qui me fait continuer. Très rarement un nouveau groupe va arriver et va m’inspirer. Mais quand je suis ici je vois Bad Religion, je vois Flogging Molly, je vois The Bouncing Souls. La vieille garde. Les groupes qui ont été influencés par les vrais groupes comme je l’ai été. Mais si on parle de nouveaux groupes...

Quels nouveaux groupes aimes-tu vraiment présentement ? Je suis sûr qu’il y en a.

Des nouveaux groupes que j’aime... présentement je pense à Rise Against, Strike Anywhere. Tu sais, Avail, ce n’est pas un nouveau groupe mais c’est le genre de groupe que je crois qui fait du bon punk rock. Je pense que Strike Anywhere est un très bon groupe et qu’il a été influencé par les plus vieux groupes et qu’il fait ça dans une forme plus pure.

Vous avez joué au Hellfest cette année je crois.

Zach : Oui.

Comment c’était ?

Russ : C’était cool. Nous ne savions pas à quoi nous attendre. Nous n’avions jamais joué là avant et ne savions pas comment ça allait se passer. Nous avons donné une bonne performance et avons eu une bonne réponse de la foule. J’ai pu passer du temps avec quelques-uns de mes amis que je n’avais pas vus depuis longtemps. J’ai vu D.R.I.

Oui il y avait plusieurs vieux groupes. Avez-vous vu Agnostic Front ?

Russ : Oui j’ai vu Agnostic Front.

Est-ce que Biohazard a joué ?

Russ : Je pense que Biohazard a joué un autre jour. C’est un festival de trois jours et nous avons été là seulement le jour où nous avons joué.

Zach : Juste une remarque à propos de ça. Peut-être un peu négative. Présentement beaucoup de ce qu’on appelle du hardcore est en fait du heavy metal. Les gens se teignent les cheveux en noir et se font des coupes de cheveux spiky et sonnent comme des groupes heavy metal mais se qualifient de groupes hardcore. C’était pas mal le festival pour ces groupes. Alors D.R.I., Avail et Agnostic Front étaient rafraîchissants à voir.

Russ : C’était le fun de voir Bane aussi.

Savez-vous, même si Aron n’est pas là, mais je crois que Bane sort un album bientôt.

Zach : Ils enregistrent avant la fin de l’année.

Russ : Ils enregistrent en décembre.

Zach : Leur horaire est automatiquement notre horaire parce que...

Russ : Nous en savons plus que nous le voudrions à propos de Bane parce que nous partageons un guitariste.

Merci beaucoup les gars.

Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0